Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 09:40

Le Château Simian sort une nouvelle cuvée très "grenache" en Massif d'Uchaux : 85% de l'assemblage, le reste étant des jeunes vignes de syrah. La cuvée porte le nom de son terroir, le lieu-dit de la Louronne ; de vieilles vignes de grenache noir orientées "est"  sur un terrain un peu plus pentu que Jocundaz, l'autre excellent Massif d'uchaux (plus frais, plus riche en épices et notes de garrigue). Une cuvaison longue, un élevage traditionnel, seulement 2000 bouteilles pour ce premier millésime, il n'y en aura pas pour tout le monde ! Ce serait dommage, ce vin est superbe de concentration, des notes de fruits noirs, confits, une bouche fondue, gourmande et fraîche, la minéralité du Massif... Dès que le millésime le permettra (si la parcelle n'a pas trop été touchée par les coulures), ce seront 4 à 5000 bouteilles que les amateurs se partageront ! .
A suivre, une autre nouvelle cuvée fameuse à déguster sur cuve, qui sera en bouteille dans quelques semaines...

Partager cet article

Repost 0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 17:33

C'est la 3ème édition du Quatuor de Villages qui réunit 4 Villages de la Vallée du Rhône méridionale : Sablet, Séguret, Roaix et massif d'Uchaux. 3 ans que je rencontre les vignerons de ces appellations, que je déguste et redéguste leurs vins, souvent équilibrés, parfois avec beaucoup de finesse. Mais cette année, j'ai suivi de plus près la jeune relève : Pablo Hocht du Domaine Crève Coeur à Séguret (en appellation Sablet cette année, on dégustera son premier Séguret l'an prochain). Son rosé 2012 est d'une grande fraîcheur, fruité et vineux, c'est un vin de table franc et gourmand.
Le Côtes-du-Rhône rouge 2011 issu de vieux grenaches de Séguret élevés en cuve acier émaillé 8 mois après macération en cuve béton ; il offre une très jolie matière, ample, soyeuse et une belle concentration. Très buvable ! Le Sablet rouge 2011 (80% grenache, 20% mourvèdre) vinifié en cuve béton est ensuite élevé en barriques de plusieurs vins environ 11 mois. Le bois est plutôt bien intégré, même si la finale l'atteste, là encore, la structure est dense et les tanins fins. Jolis vins pour ce jeune vigneron qui travaille à son domaine mais aussi au Château St Cosme à Gigondas chez Louis Barruol...

A Roaix c'est le blanc (viognier, clairette) de Sébastien Ricard du Jas de Barral (2 ans d'existence) qui m'a séduite, tant dans sa jeunesse qu'après un an : nez miellé, anisé avec des notes de Chartreuse verte, bouche complexe, minérale, fruitée et confite à la fois (surtout après un an). Je suis repartie avec une bouteille à marier. A suivre...
Le Roaix rouge 2012 est à attendre, en revanche, de la puissance, du fruit, des tanins marqués qui doivent s'assouplir...
Toujours sur Roaix, le domaine des Auzières produit deux Roaix, l'un passé en fût, l'autre pas. J'ai préféré le second (70% grenache, 30% syrah), joli grain de tanin, fruit gourmand ; l'autre est prometteur mais le bois pas encore intégré, à regoûter.
..
Je n'ai pas manqué non plus les vins de Sablet de Vasco Perdigao du domaine Chamfort, jeune vigneron venu du Rhône septentrional, exigeant, passionné et très sympathique.
Son blanc 2012 s'ouvre sur un nez atypique, plutôt mentholé, et offre une palette aromatique exubérante de fraise, ananas, un peu grillée (coco), riche, d'une belle longueur avec une finale minérale et de la fraîcheur. Son rosé 2012 est sec et d'une grande minéralité, avec presque un peu de salinité en fin de bouche, pamplemousse rose adouci d'une note de fraise et de la vinosité. Assurément un rosé de gastronomie !
Le rouge 2011 est frais, avec une bouche fruitée, pleine de finesse, un excellent rouge estival en somme !

Terminons ce tour d'horizon avec un vigneron découvert il y a deux ans sur ce même salon, Vincent Baumet à Rochegude, qui m'avait beaucoup marqué par la qualité de ses vins. 4 rouges chez lui qui valent le détour tous dégustés dans le millésime 2010 : Côtes-du-Rhône 2010 "velours" (grenache, syrah), très "fruits rouges" et tanins soyeux Côtes-du-Rhône 2010 "cuir" (grenache, syrah, carignan), plus riche, sur des notes de fruits noirs et d'épices, provient d'un terroir de galets (terrasse du Riss). Rochegude est un compromis entre les deux terroirs précédents, associant galets et sables et intègre du mourvèdre à la place du carignan ; il a ma préférence pour sa belle concentration de fruits noirs, d'épices, sa puissance tempérée par la fraîcheur et la finesse des tanins. Le Massif d'Uchaux est un peu plus alcooleux, plus dense et avec une structure plus puissante, plus massive ; je le goûterais mieux cet hiver...

 

Partager cet article

Repost 0
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 12:20

Pour la deuxième année, une association d'oenophiles, Vigne Gourmandise et Convivialité, organise un Salon des vins à St Restitut (entre Drôme, Ardèche et Vaucluse), le 3 juillet 2013 de 16h à 21h. Y seront présents 16 vignerons, sélectionnés au fil des dégustations par les adhérents.
Pour la seconde année, je n'en serai pas, quel dommage, j'aurais été ravie de retrouver Jérôme Griéco de la Biscarelle, Romain Roche (domaine éponyme), Marie-Pierre et/ou Eric Plumet de la Cabotte ; j'aurais bien aimé aussi rencontrer les vignerons et déguster les vins de Mas Libian. Je vous recommande aussi les domaines de La Collière, Pique Basse, Dionysos, Mas Casalas, entre autres...

Pour en savoir plus et découvrir la liste des domaines présents, cliquez ici.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by N.Merceron - dans vin Dégustation
commenter cet article
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 14:29

Après les événements de fin de printemps, voici venu le temps des expo d'été chez les vignerons, entre autres !
Quelques jours encore pour voir l'exposition sur la photographie culinaire à la Maison des Vins d'Avignon, qui s'achève le 22 juin. Initiée par les apprentis de l’Ecole Hôtelière d’Avignon sous l'égide de Pauline Daniel, photographe culinaire, l'exposition porte sur les légumes oubliés et se clôt sur des clichés en noir et blanc présentant les apprentis au travail.
Puis, côté gardois, vous pourrez voir durant tout l'été, du 14 juin au 23 août, Sept/Vin, une exposition de peintures, sculptures et divers oeuvres de plasticiens et designers, au domaine Clavel à Saint Gervais. Déambuler un verre à la main dans le jardin, flâner, le nez au vent, l'oeil sur les oeuvres qui s'offrent à vous est un joli programme, n'ets-ce pas ? Pour en savoir plus, contactez le domaine Clavel.
Plus au Sud, rendez-vous à la croisée des chemins de la Vallée du Rhônen, aux portes des Alpilles dans les Baux de Provence... Le domaine Dalmeran vous invite à découvrir d'autres artistes contemporains en intérieur et extérieur, comme chaque année ; Béatrice Joyce est une femme éclectique qui apprécie toutes les formes artistiques, chaque année elle met en valeur dans ce beau domaine vinicole, ceux pour lesquels elle a eu un coup de coeur.
Cette année, Martyn Baldwyn, Annie Sessler et Elisabeth Gibert-Dragic proposeront au public  une sélection baptisée "Grandeur Nature". Quel plus bel écrin que le parc de Dalmeran, superbe, aménagé et arboré d'oeuvres de Marc Nucera ?
L'exposition sera inaugurée le 20 juillet lors d'un déjeuner sur l'herbe signé Sébastien Richard et se prolongera jusqu'au 17 août.
Toutes les infos sur le site de Dalmeran.
 

Partager cet article

Repost 0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 15:59

Jérôme Bressy est issu d'une famille vigneronne qui se contentait de porter en cave le fruit de son travail, comme beaucoup des vieilles générations, ici comme ailleurs... Il a été le premier de sa lignée à vinifier, en 1996 ; en cela il s'est démarqué mais pas que. Passionné de vieux ouvrages sur la vigne et l'agriculture d'Olivier de Serres (le Théâtre de l'Agriculture) ou de l'Abbé Rozier, il s'est lancé dès 1993 dans la biodynamie, avant même de commencer à vinifier ! Il a obtenu la certification Déméter en 2008...
Il a replanté des vieux cépages : picardan, counoise, terret noir et vaccarèse et d'autres cépages encore ; il pratique la complantation (parcelles plantées de plusieurs cépages en mélange) ; une façon alternative de conduire la vigne qui gêne probablement...
Bref, il est ce qu'on appelle un artisan de la vigne, un paysan dans le sens noble du terme. Après avoir été vinifiés en Côtes-du-Rhône Villages Rasteau, puis en cru Rasteau, ses vins portent désormais la bannière de l'IGP Vaucluse.
Pour comprendre la sortie du domaine Gourt de Mautens du cru Rasteau et pour découvrir le picardan, vieux cépage blanc de la région (évoqué ici), j'ai longuement discuté avec Jérôme Bressy (et j'ai un peu dégusté aussi ses vins, forcément...).
Lors du passage en cru en 2010, son vin rouge est bel et bien en cru Rasteau, en 2011 aussi. Que s'est-il donc passé l'été dernier ? L'ODG lui envoie un courrier de contrôle avec des fiches de renseignements que le vigneron remplit avec conscience (et confiance). Un procès verbal lui énoncera que seuls 4 ha sur les 12 que compte le domaine, peuvent répondre favorablement au cahier des charges du cru Rasteau. Et encore... La complantation pose souci, les vieux cépages aussi : ces derniers représentent 27% de l'encépagement, soit bien plus que ce qui est autorisé. Le vigneron sent qu'on va lui chercher des poux dans la vigne, il sort entièrement du cru Rasteau et de l'appellation Côtes-du-Rhône, qui exclut certains cépages également (les gris notamment). Les trois couleurs du domaine sont désormais produites en IGP Vaucluse :
Jérôme Bressy produit trois vins, trois couleurs, en toute liberté, mais sortir de l'AOC peut être frustrant (surtout au moment même du passage en cru), pénalisant en terme de reconnaissance, bloquant sur certains marchés export et nécessitant un surcroît d'énergie. Sans parler de la valorisation financière des vins...
Quid aussi de Marcel Richaud qui pratique un peu le même genre de conduite de la vigne (et notamment la sauvegarde des vieux cépages) à l'heure où la question du passage en cru se pose à Cairanne de façon cruciale et largement débattue ?
Le système centenaire créé par le baron Le Roy (ci-contre) et Joseph Capus pour valoriser la qualité du vin ne s'est-il pas éloigné de ses principes de base ? L'artisanat de la vigne laisse place de plus en plus à une certaine industrialisation, centrée sur l'arrachage de vieilles vignes, la plantation de clones imposés (grenache-syrah est le duo majoritaire ici, mais les politiques d'aoc sont souvent les mêmes partout), l'irrigation, des rendements autorisés  trop élevés...
Alors tant pis pour l'appellation, les vins sont superbes et taillés pour la garde, du blanc au rouge. Le travail dans la vigne s'appuie sur la biodynamie, respect de la terre et traitements sur mesure (silice, ortie, petit lait..). A la vendange, la récolte est triée, égrappée partiellement, légèrement foulée pour les rouges. En cave, pas de levurage, léger sulfitage, des remontages juste ce qu'il faut, pas de pigeage, extraction douce, macération d'environ 15 jours et vieillissement en cuve inox, foudres et/ou demi-muydts, 18 mois pour les blancs et rosés, 34 à 36 mois pour les rouges. Le 2011 sera ainsi mis en bouteilles en 2014...
Jérôme Bressy fait également vieillir en bouteilles de façon à délivrer un vin "affiné", prêt à boire..
. Le blanc, à base de picardan et de clairette en majorité, a beaucoup de finesse ; le rouge est concentré, une structure puissante, de solides tanins qui sauront s'affiner avec le temps, des fruits et épices douces évoluant sur des notes de torréfaction, de cuir, de cigare. Dans le détail, le 2011 fait penser à un Cairanne. Il s'ouvre sur un nez un peu fumé, avec des notes végétales, complexité et finesse aromatique en bouche, beaucoup d'équilibre et une très belle longueur  ; le 2009 est plus expressif, plus fruité, gourmand mais trapu, plus serré en bouche, finale sur les épices ; le 2008 est superbement floral, notes de pivoine et de poivre, il explose littéralement jusqau'à la fin de bouche, belle longueur encore. Gros coup de coeur pour le rosé 2010, vinifié comme un blanc : tendu, oxydatif avec des notes fumées, de silex. Très belle minéralité et une jolie expression pour un rosé de gastronomie ! A suivre pour un accord estival...
Gourt de Mautens
Route de Cairanne
84110 Rasteau
Site Internet

Partager cet article

Repost 0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 13:01

Jean-Christian Mayordome a deux métiers. "A la ville", en journée, il est médecin généraliste dans le village de Piolenc (nord d'Orange) ; mais il se transforme la nuit tombée en vigneron... J'exagère, ce n'est pas un "transformer", juste un passionné (encore qu'il n'est pas loin d'être un super-héros pour mener ces deux professions de front !). Je connais ses rouges de Séguret et Gigondas, j'apprécie sa façon de travailler, dans le respect de la vigne, non interventionniste (non levuré, peu sulfité) ; j'aime beaucoup ses vins très purs dans leur expression, droits dans leurs bottes et riches en saveur, pleins de fraîcheur et de minéralité. Mais je ne me rappelais pas ses blancs.
Il y a quelques temps, lors d'un déjeuner au Temps de Vivre, belle table simple et gourmande des Farjons, lieu-dit à Uchaux (Vaucluse), j'ai dégusté avec ce repas son Côtes du Rhône Villages Séguret blanc Confidence 2009, domaine du Pourra.
Une teinte dorée signe d'un vin évolué (mais qui a semblé surprendre le serveur, le 2010 semble avoir gardé sa jeunesse), le nez est complexe, fruit blanc, notes de poire fraîche, bouche équilibrée, grasse, pleine, un peu oxydative qui fera merveille sur les ris de veau aux asperges, mais on garde beaucoup de fraîcheur, finale minérale et belle longueur. Audacieusement testé avec le dessert, ananas et caramel, le choc n'a pas été violent, et même s'il n'y pas eu véritablement accord, pas de heurt non plus. J'espère regoûter en juillet à Séguret... Pour en savoir plus sur le domaine du Pourra, cliquez ici.

Partager cet article

Repost 0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 09:39

Lors du Marché au vins de Cairanne, Kelly Mc Auliffe et Bruno Boisson nous ont proposé une jolie découverte vineuse, un voyage dans le temps : une verticale de vieux millésimes de vins de Cairanne et de Brézème. Des blancs et des rouges, les premiers ne s'en sortant pas moins bien que les premiers, bien au contraire ! Les blancs rhodaniens ont un très joli potentiel de vieillissement, pas seulement à Châteauneuf, mais on ne leur laisse pas le temps de vieillir en général... Bruno Boisson précise que ce ne sont ps les appellations auxquelles on s'attend le plus qui vieillissent le mieux. Il en profite pour nous signaler un caviste spécialisé à Paris en "grands vins et millésimes rares", de vinis illustribus, et relate une dégustation organisée de vins des années 1920 par ce caviste (animation d'horizontales d'un millésime), avec de grands noms du Bordelais : contre toute attente, c'est un Beaujolais qui s'en était le mieux sorti ! marchévin cairanne verticale verreMais revenons à notre verticale à Cairanne. Petit tour d'horizon par Kelly sur les bons millésimes des années 1980-90 : 83 remarquable, 80 et 85 bonnes années aussi, 86, 89, 90 sont aussi intéressants en terme de garde. Puis, la dégustation débute par les plus anciens millésimes, les rouges d'abord, les blancs en dernier selon le précept bourguignon "blanc sur rouge, rien ne bouge"...
marchevin_cairanne_verticale_brezeme.jpgLe premier vin dégusté, un Brézème de 1984 du domaine Lombard*, s'ouvre sur des notes de bourgeons de cassis et de cuir, il a besoin d'aération mais reste étonnament frais et buvable pour son grand âge.
*comme tous les vins de Brézème dégustés durant cette verticale. Le domaine Lombard a été repris en septembre 2012 par Julien Montagnon qui a encore quelques vieux millésimes comme ceux-ci...
marchévin cairanne verticale brussetSecond vin, un Cairanne 1989 du domaine Brusset offre des notes kirschées, torréfiées, de café, de noyau, beaucoup de gourmandise et de fraîcheur, belle longueur.
Vient alors un Brézème 1998 (autre bon millésime, suivi de 1999, 2000, 2001 en Vallée du Rhône) : encore un beau volume, de la concentration, du fruit, de la rondeur, notes de figue et prune, peut encore durer...marchevin_cairanne_verticale_delubac.jpgLe Cairanne 2007 "L'Authentique" de Delubac (50% grenache, 50% syrah sur argiles bleues, précise Bruno Boisson) n'a été mis en bouteille qu'en 2011 ! Beaucoup de finesse pour ce vin, avec la concentration et la fraîcheur caractéristiques des vins de Cairanne. Dans cet excellent millésime, gageons qu'il résistera au temps encore un long moment !marchevin_cairanne_verticale_boisson.jpgCôté blancs, nous avons dégusté un Cairanne 2005 du domaine Boisson (35% roussanne, 25% clairette, le reste bouboulenc et viognier). Robe dorée et nez miellé, la bouche est onctueuse, équilibrée avec des notes confites et de coing frais. Un délice !
Le second blanc, de Brézème (pas noté le millésime) dévoile un nez un peu oxydatif manifestement typique de l'appellation avec des notes riches, beurrées, de cire. Un blanc idéal pour être marié à la morille ou à la truffe !
Merci Messieurs pour ce chouette atelier de dégustation !

marchevin_cairanne_verticale_kellybruno.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by N.Merceron - dans Dégustation
commenter cet article
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 14:02

Lors des Printemps de Châteauneuf, Jérôme Grieco du domaine de la Biscarelle nous a fait goûté son Cinsault Vin de France 2012 "Le début d'une histoire", avec bien sûr l'histoire à la clé... Coup de coeur assurément !
Puis, quelques jours après, sur sa page facebook, j'ai mis mon grain de sel sur une discussion croisée avec Rune Elkjær, autre jeune vigneron de Vaison La Romaine, qui a vinifié lui aussi un 100% cinsault en Vin de France !
Ni une ni deux, je propos à Rune de nous rejoindre au Marché aux vins de Cairanne pour une dégustation croisée des deux Cinsault !2cinsaultVdF.jpgDeux vins différents, mais deux millésimes distincts aussi... Et deux vins à haute buvabilité !
Celui de Rune (2010) est explosif, du fruit teinté de poivre, gourmand, croquant et frais ; celui de Jérôme (2012, tout neuf), est plus nuancé,  nez un peu fumé, tanins encore marqués, beaucoup de fruits aussi,de la fraîcheur également mais plus en délicatesse et retenue, beaucoup de charme : à redéguster impérativement ! Du coup, je suis repartie avec deux bouteilles ;-)
Pour la (première) petite histoire, Rune a été sommelier danois (ex 2 étoiles à Copenhage), puis négociant en vin avant de s'installer comme vigneron à Vaison, où il vinifie sur le domaine Barbanot.
Jérôme, lui aussi jeune vigneron sur le tard, installé à Châteauneuf avec son épouse Christelle, nous a raconté le "début d'une histoire", celle de vieilles vignes de cinsault (40 ans en moyenne) sur le terroir du Grand Saint Paul, qu'on lui aurait conseillé d'arracher pour planter des jeunes Syrahs ! Absurdité su système... Fort heuseument Jérôme a conservé ces cinsault préférant les passer en Vin de France et leur assurant un devenir de qualité dans cette très jolie cuvée !
Retenez ces deux noms, la qualité n'attend pas le nombre des années (de vigneron)...

Partager cet article

Repost 0
Published by N.Merceron - dans Dégustation
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 10:23

A Cairanne, on trouve toujours de belles choses, assez différentes, mais c'est mieux quand chaque vigneron garde sa "patte" plutôt que d'avoir le sentiment de boire 10 fois la même chose, non ?

J'ai découvert l'appellation il y a une dizaine d'années, en commençant par la cave, où une camarade de formation travaillait en stage. Puis, j'ai découvert quelques domaines/vignerons de Cairanne, comme le domaine de Galuval, Corinne Couturier, Marcel Richaud, sur le tard. Puis, grâce au Marché aux Vins créé à l'initiative de vignerons tels que Bruno Boisson et Vincent Delubac, j'ai rencontré des jeunes comme Patrice Jubain (domaine éponyme), Yves Jean Houser (domaine des Amadieu) et probablement l'un des plus jeunes, mais pas le moins talentueux, Romain Roche (domaine Roche).
Cette année, durant le Marché au Vins 2013, j'ai redégusté certains "jeunes" domaines et fait de jolies rencontres venues du Nord... Mais, restons aujourd'hui restons sur quelques dégustations de Cairanne blancs et rouges.marchevin_cairanne_alaryblanc.jpgPremier très joli blanc de Cairanne, celui du domaine Alary, probablement le domaine le plus ancien de Cairanne (depuis 1692 !) est un assemblage à majorité de Clairette avec un peu de Roussanne, vinifié en cuve ; extraordinaire fraîcheur, avec un bel équilibre en bouche, suave, floral ponctué de notes d'amande fraîche, ample et gras, très agréable.
Le Cairanne blanc 2011 du domaine Galuval, assemblage de grenache blanc et roussanne vinifié en cuve inox, est superbe avec de la complexité un équilibre et une très belle minéralité. Un poil fumé au nez et en bouche, des notes de fenouil (et seulement 12,5°alc), idéal sur un poisson grillé avec une sauce ou un accompagnement anisé.marchevin_cairanne_jubain.jpgCôté rouges, la qualité des vins du domaine Jubain se confirme, l'unique Cairanne rouge Vieilles Vignes 2010  est un concentré de fruits, notes torréfiées, équilibre et gourmandise avec un joli grain de tanins. A venir, une nouvelle cuvée "Tremere" (moitié grenache, moitié carignan).
Le domaine Oratoire Saint Martin (aussi famille Alary) est une valeur sûre, qui assurent des vins équilibrés, fruités, épicés avec des tanins marqués ; la Cuvée "Réserve des Seigneurs" 2011 (grenache, mourvèdre, syrah) sur les fruits noirs, réglissés, avec une texture ample, des tanins très présents et une belle longueur. Le Cairanne rouge Prestige 2010, assemblage de grenaches et mourvèdres centenaires est plus riche, dense, tanins mais de l'alcool en bouche. Il faudra l'attendre, mais du plaisir assuré dans quelques années ! D'ailleurs, un atelier de dégustation de vieux millésimes en compagnie de kelly Mc Auliffe et Bruno Boisson a témoigné que les vins de Cairanne (et pas que) vieillissent bien, en rouge et aussi en blanc ! A suivre...


 

Partager cet article

Repost 0
Published by N.Merceron - dans Dégustation
commenter cet article
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 08:40

Petit tour d'horizon lors des Printemps de Châteauneuf-du-Pape avec une sélection de quelques crus 100% grenache (ou presque), avec une expression à forte valeur "fruit" ajoutée !

Pur et classique, le Châteauneuf du Pape rouge 2009 "Les Safres" du Clos du Caillou (95% de vieilles vignes de grenache sur safres comme son nom l'indique, fermentation en cuve, élevage en fût) offre un nez de fruits à noyaux, avec une bouche ample, sur la prune, avec des notes épicées et de torréfaction (cacao, grillé), des tanins soyeux et une belle longueur.printempsC9P_2013_closcaillou.jpgUn nez un peu fermé pour le Châteauneuf du Pape rouge cuvée Pure 2010 du domaine La Barroche (100% grenache vignes centenaires sur la parcelle Grand Pierre, à côté de Rayas ; macération "à la bourguignonne avec délestages-pigeages, élevage en foudre), mais une bouche d'une extrême finesse, très pure, fruitée et épicée, avec des tanins d'un très joli grain, et une belle fraîcheur.printempsC9P_2013_barroche.jpgLe Châteauneuf du Pape rouge 2010 cuvée Cornelia Constanza de La Solitude (100% grenache vignes centenaires sur la Crau, ) offre beaucoup de sucrosité, un fruit riche, concentré, beaucoup de gourmandise. Les tanins d'un joli grain restent en revanche un peu fermes... Attendons cette cuvée encore un peu.printempsC9P_2013_solitude.jpgBeaucoup de fruit également pour le Châteauneuf du Pape rouge 2011 Eternelle des 3 Cellier (100% grenache vignes de plus de 80 ans sur terroir sableux, macération préfermentaire à froid, élevage en cuve), de la puissanc et de la fraîcheur dans un style classique.printempsC9P_2013_3celliers.jpgLe Châteauneuf-du-Pape rouge 2011 "Les Anglaises" de la Biscarelle (100% grenache entre 30 et 100 ans, ni égrappé, ni éraflé, vinification en cuve béton, pas de filtration). Nez plein de fraîcheur, sur les fruits rouges, bouche gourmande sur le fruit, sucrosité, minéralité, épices avec des tanins très présents. Goûté le brut de cuve 2012, encore plus prometteur si c'est possible, toujours la fraîcheur, le fruit et un bel équilibre !printempsC9P_2013_biscarelle.jpgNB on retrouvera Jérôme Grieco, jeune vigneron du domaine de la Biscarelle (depuis 2009), ce week-end à Cairanne au Marché aux Vins, l'occasion de reparler d'une cuvée atypique proposée en vin de France...
Citons encore parmi quelques très bons 100% grenache de Châteauneuf-du-Pape, comme l'Amiral G du Château Vaudieu, Vieilles Vignes du domaine de Marcoux Lieu dit Pignan de PH Morel et bien sûr, Rayas ! Entre autres...

Partager cet article

Repost 0
Published by N.Merceron - dans Dégustation
commenter cet article

Vins Des Côtes-Du-Rhône

  • : Côte-du-Rhône News
  • Côte-du-Rhône News
  • : présentation des vins de Côtes-du-Rhône, agenda et actualité, vignobles et acteurs de la filière vin
  • Contact

Agenda

 

Initiation et dégustation
de vins de la Vallée du Rhône
en partenariat avec les Santolines

  santoline

 

 

 

 

 

 

 

Le vin... et la cuisine !
Sur le blog Saveur Passionsignaturesaveurpassion.gif
Suivez-moi..

facebook.jpg

twitter.jpg

Follow Me on Pinterest

bonial – promos et catalogues – moins de co2

Blogs Vins Mon blog est sur Blogs Vins

Ebuzzing

blog-appetit-120.gif

vigne.jpg

 

 

Recherche

Tout Sur Les Vins Des Côtes-Du-Rhône