Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 18:12

rose_ladorgonne.jpgSur le Salon Vivre Côté Sud (où je réalisais une démonstration culinaire "trio de tapas"), j'ai eu l'occasion de redéguster les vins de la Dorgonne en Luberon, notamment deux rosés 2011, 50% grenache, 50% cinsault : le premier, "Château de la Dorgonne", très fruité, agréable et facile à boire avec juste ce qu'il faut de rondeur en bouche, plutôt gourmand et acidulé ; le second, "Expression du terroir", est vinifié et élevé en barrique : beaucoup de gras en bouche et une note vanillée, grillée très présente, et somme toute peu courante dans les rosés. Pas inintéressant mais un peu déconcertant.
Pour en savoir plus sur les vins de la Dorgonne, cliquez ici.

Partager cet article

Repost 0
Published by N.Merceron - dans Dégustation
commenter cet article
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 09:22

rosemontezargues.jpgDémarrons cette série des "rosés de l'été" par un Tavel gourmand, friand, riche : le Prieuré de Montézargues 2011 (55% Grenaches rouge et blanc, 30% Cinsault, 13% Clairette et 2% de cépages divers : Syrah, Mourvèdre, Carignan, Bourboulenc) est un rosé agréable sur le fruit (framboise, grenadine, presque "tagada") avec une vraie texture et une vinosité évidente ; une certaine élégance liée au terroir de sables sur laquelle la vigne a grandit... Pour autant, c'est à mon sens un rosé à réserver à l'apéritif, voire même à la fin de repas. Il accompagnera d'ailleurs bien les fruits rouges, le melon, enrichi d'herbes (basilic notamment). Mais une sucrosité trop importante interdit les accords sur une gastronomie méditerrannéenne, hormis peut-être les notes anisées du fenouil traité en version sucrée, confit par exemple ou en accompagnement avec un fromage frais de vache ou de brebis. Rosé de dessert ! Ce rosé de gastronomie malgré tout peut s'épanouir sur certains plats exotiques et mériterait de vieillir quelques années en cave...
12 euros, prix de vente conseillé (vin offert au titre de service de presse).

Partager cet article

Repost 0
Published by N.Merceron - dans Dégustation
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 09:41

A l'invitation du Syndicat des Vignerons de Rasteau et de l'association "Terres de Lumière", j'ai participé dîner préambule de l'Escapade des Gourmets ; cette promenade gourmande à travers les vignes et dans le village de Rasteau a lieu chaque deuxième week-end de mai depuis un peu plus de 10 ans. Le concept est simple : au cours d'une ballade de 6 km environ, vous faites étapes pour déguster différents plats avec différents vins des vignerons de Rasteau.
beccaro_delpappas.jpgLe repas de gala réunissaient diverses personnalités autour des vignerons de Rasteau et des bénévoles de terres de Lumière, en présence de deux invités d'honneur : l'acteur et animateur télé, Thierry Beccaro, et l'écrivain-auteur de polars, Gilles del Pappas*, trucculent marseillais qui fut mon voisin de table lors du dîner. Tous deux arborent ici le tablier des Gourmets de Rasteau...
*Pour en savoir un peu plus sur l'auteur et découvrir le secret de la sauce tomate de sa "mémé", cliquez ici !
rasteau_vdnvieuxbressymasson.jpgEntre Côtes-du-Rhône blancs et Rasteau rouge sur un menu bien ficelé, nous avons pu goûter quelques 2007 et un 2004, avant de savourer en ultime dessert de vieux Rasteau VDN (vins doux naturels) : Trapadis 2000, Domaine des Nymphes 1989, Bressy Masson 1990 environ et un autre Bressy Masson de vieux de 45/50 ans (photo ci-contre). NB les VDN ne font normalement pas apparaître le millésime, il n'est donc pas toujours aisé de les dater.
Le plus récent est le plus facile à boire, sur la cerise noire, des tanins un peu granuleux au palais, d'une relative sobriété pour un VDN ; le VDN Bressy Masson 1990 a un nez de pain d'épices, une bouche soyeuse et chaleureuse, caramellée, belle gourmandise ; son aïeul ne semble pas tellement plus âgé, il garde de la fraîcheur, entre miel et orange confite, avec des notes de coing, un délice.

Mais le plus surprenant est le Domaine des Nymphes 1989 : un nez de térébentine, de cire ; la bouche, complexe, complète suit sur l'anis, le fenouil sauvage. Etonnant ! A suivre pour une recette en accord...rasteau_vdnnymphes1989.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by N.Merceron - dans Dégustation
commenter cet article
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 11:03

rasteaurouge2007grandnicolet.jpgLors d'un dîner tout Rasteau organisé par le Syndicat des Vins de Rasteau, voici l'un de mes coups de coeur en rouge avec le 2007 d'Elodie Balme. Il faut dire que 2007 est une fabuleuse année pour les Côtes-du-Rhône méridionaux. Et c'est un autre 2007 dont j'ai choisi de parler aujourd'hui, le Rasteau rouge Les Esqueyrons 2007 du Grand Nicolet. 50% grenache, 50% syrah sur un sol argilo-calcaires, la cuvée les Esqueyrons réunit les plus vieilles vignes du domaine : environ 80 ans pour les grenaches, 60 ans pour les syrahs (l'ensemble était passé en fût ; aujourd'hui, seules les syrhas le sont). Le vin a une très belle concentration, à la fois de la richesse et de la piissance et une certaine élégance ; des tanins soyeux, de l'équilibre et une exubérance rare sur le fruit noir, les épices avec une note marquée de fleur, type pivoine. Superbe !
Domaine Grand Nicolet

Quartier les Esqueyrons à Rasteau
Site Internet

Partager cet article

Repost 0
Published by N.Merceron - dans Dégustation
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 09:30

terraventoux_terredetruffes2010.jpgTerraventoux est l'une des plus importantes caves de production de l'appellation Côtes-du-Ventoux, haut-perchée et dotée de vins puissants. L'un d'entre eux, la cuvée Terre de Truffes doit son nom au sol sur lequel les vignes s'épanouissent, un sol argilo-calcaire qu'elles partagent avec des chênes truffiers du côté de Mormoiron... Issu d'un assemblage 50% grenache, 50% syrah, le Terre de Truffes 2010 est riche, concentré, avec des notes de fruits noirs confiturés, une touche de violette, de la puissance atténuée par une certaine fraîcheur et des tanins soyeux. La bouche fruitée et épicée se termine sur une agréable finale réglissée.
Cette cuvée fera merveille avec diverses chairs animales bovines, procines, gibiers à poil, avec ou sans truffe !
NB les vins de la cave sont à découvrir sous le commentaire éclairé du journaliste Périco Légasse ; il sera en effet le prestigieux parrain de l'inauguration du nouveau site Terraventoux de Mormoiron, les 12 et 13 mai. Plus qu'un caveau, il s'agit d'une véritable maison du terroir nommée « Vins et Saveurs ». Pour davantage de renseignements, contactez le 04 90 61 79 47 ou sur internet à l’adresse : oenotourisme@cave-terraventoux.com.

Partager cet article

Repost 0
Published by N.Merceron - dans Dégustation
commenter cet article
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 08:50

domaineduseigneurlaudun_faurebrac.jpgPhilippe Faure-Brac est une figure connue et reconnue dans le monde du vin. Ce Meilleur sommelier du monde 1992, à la tête du Bistrot du Sommelier à Paris, est également auteur et à l'occasion d'une collaboration vineuse, il a prêté son nom à un domaine des Côtes-du-Rhône gardoises, le Domaine Duseigneur, situé face du côté de St Laurent des Arbres, à cheval sur les AOC Laudun et Lirac, plus ou moins face au terroir de Châteauneuf-du-Pape, mais de l'autre côté du Rhône...
C'est entre autre sur une cuvée de Côtes-du-Rhône Villages Laudun que le sommelier s'est investi, à différentes étapes de la production du vin, en particulier lors des dégustations d'assemblage, mais aussi pour l'élevage.
Elaborée sur un assemblage de 60% syrah et 40% grenache, le
Côtes-du-Rhône Villages Laudun par Philippe Faure-Brac est conduit en biodynamie sur des parcelles situées à flanc de colline, orientées nord, sur un sol argilo-calacaire composé de sables et de galets. Richesse aromatique et fraîcheur le caractérisent, avec du fruit en bouche (cerise, mûre) et des notes de fleurs fanées (pivoine), épices douces sur une jolie texture des tanins. Suivons les conseils de Philippe Faure-Brac bien sûr pour les accords : le sommelier recommande de le déguster sur du pigeon, gibier (à plume, pas trop fort), boeuf ou agneau...

Partager cet article

Repost 0
Published by N.Merceron - dans Dégustation
commenter cet article
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 07:15

fioledupape.jpgContrairement à ce que pourrait laisser penser sa forme, la Fiole du Pape n'est pas une eau de vie, c'est bien un vin de Châteauneuf-du-Pape, mais non millésimé : un assemblage de plusieurs millésimes comme en Champagne ! Il est issu de vins récents et de plus anciens (de 5 à 7 ans), dont certains achetés à de grands producteurs de l'appellation ; il est élevé en foudre de 1 à 5 vins. Ce fruit du négoce serait le Châteauneuf-du-Pape le plus vendu au monde avec plus de 450 000 bouteilles par an ! C'est un vin facile à boire mais sans grande personnalité on s'en doute. Ici le terroir, la particularité d'un cépage s'effacent au profit de la linéarité d'un produit. Mais c'est une idée commerciale ingénieuse, que l'on doit à Charles Brotte qui créa cette "cuvée" en 1952. La bouteille évoquerait le tronc d'un cep dans le Mistral. Qu'en dites-vous ?
Pour en savoir plus sur la Fiole du Pape, cliquez ici.

Ce vin est une curiosité, mais il existe au domaine un Châteauneuf blanc qui mérite encore davantage qu'on s'y attarde... A suivre !

Partager cet article

Repost 0
Published by N.Merceron - dans Dégustation
commenter cet article
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 10:07

chateauneufblanccelestiere2010.jpgLa Célestière est un domaine de Châteauneuf-du-Pape racheté il y a peu par Béatrice et Neil Joyce, propriétaires du domaine Dalmeran aux portes des Alpilles. Leurs vins en AOC Baux de Provence sont d'ailleurs vinifiés un peu comme dans le village vauclusien...
Le Châteauneuf-du-Pape blanc 2010 La Célestière est un assemblage de Grenache, Clairette et Roussanne de plus de 30 ans sur un sol argilo-calcaire, il est vinifié en demi-muids et élevé sur lies fines.
Subtil au nez, sur de douces notes florales légèrement épicées, la bouche est ample, avec du gras mais aussi de la fraîcheur en début et milieu de bouche, fleur blanches agrumes pamplemousse rose, pointe de vanille persistante en fin de bouche.

Côté accord, le vin a besoin de textures un peu "rugueuses" pour enrober son alcool et de saveur typée, il se plaît bien avec un curry pas trop fort, il aime le grain de la noix de coco (un peu comme la croûte de ce mets, sur un poisson à chair ferme type lotte ou cabillaud par exemple) et côté fromage, c'est un très bel accord sur un parmesan ou un vieux gouda, pour leur caractère aromatique et les cristaux qui crissent sous la dent et qui font merveille avec la texture du vin...
Ce Châteauneuf-du-Pape blanc sera d'ailleurs à l'honneur aux côtés de 3 autres vins du domaine Dalmeran, le blanc en vin de pays, le rosé 2011 et le rouge 2007 en Baux de Provence, ce samedi 21 avril 2012, lors des portes ouvertes sur le thème du Sacre du printemps : je cuisinerai des grignotages salés et sucrés en association avec ces 4 vins du domaine Dalmeran, des recettes sur mesure pour les mettre en valeur. Le domaine sera ouvert de 10h00 à 18h00, et au programme, vous vous baladerez dans les vignes en compagnie de vos hôtes, Béatrice et Neil Joyce, vous ferez une pause paradisaique dans le site enchanteur qu'est Dalmeran et vous dégusterez les vins, accompagnés des mets préparés. Vous venez ?
Domaine Dalmeran
45, Avenue Notre-Dame-Du-Château

13103 Saint-Etienne-du-Grès
Tél. : 04 90 49 04 04
Site Internet

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Dégustation
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 16:36

verticalegigondas_hospices.jpgLors des Auspices du Gigondas, qui se déroulaient aux Hospices, dans le haut du village vauclusien, les jeunes vignerons de l'appellation (dont Julien Bréchet du Domaine des Bosquets) nous ont accueilli pour nous présenter le Millésime 2011 à Gigondas. Les bruts de cuve sont certes différents selon les domaines, les terroirs, les assemblages..., mais globalement 2011 offre des vins gourmands, fruités, sans trop d'alcool, avec verticalegigondas_millesime2011.jpgdes tanins fins et de la fraîcheur. Car si le printemps et le début d'été ont vite été très chauds, faisant craindre une vendange à haut degré alcoolique, juillet a été maussade et août un peu humide, mais les pluies ont été balayées par le mistral qui a ainsi garanti une récolte saine. L'avance prise au printemps dans la maturité a été freinée et les vendanges ont été à peine plus précoces que d'habitude. Les baies ont été rentrées dans de bonne condition, de belles maturités, du fruit mais pas trop d'alcool : 2011 est un millésime qui s'annonce donc plutôt bien ! Il faudra regoûter car la plupart des bruts de cuve n'avait pas subi leur fermentation malolactique...
Outre cette découverte du nouveau millésime, les Auspices ont permis d'assister à de très intéressants ateliers, comme cette verticale de Gigondas sur 20 ans ! De 2009 à 1989, quelle typicité selon les années, quelles caractéristiques sur les vins les plus vieux... En voici un compte-rendu succinct.
2009 est une année à tout petit rendement (du à la grêle de printemps) : 26 hl/ha en moyenne contre 30 en "année normale". La fin de l'été a été chaud et sec, les raisins ont été vendangés dans un bon état sanitaire ; les grains plutôt petits à pellicule épaisse qui ont exprimé beaucoup de couleur et de tanins. Les Gigondas 2009  offrent donc une couleur intense, profonde ; ils sont fruités, avec de la puissance et des tanins marqués. L'exemple, le Domaine des Bosquets 2009 est riche en fruit, puissant, un peu alcooleux et un petit côté asséchant en fin de bouche. verticalegigondas_bosquets2009.jpg2007 a bénéficié d'un automne et d'un hiver doux, d'un printemps pluvieux et d'un été sec et chaud avec des nuits fraîches, une météo idéale pour le développement de la vigne ! Le millésime 2007 est équilibré, aromatique, avec des arômes expressifs en bouche, de la rondeur et des tanins fondus. L'exemple, Perrin Vieilles Vignes 2007 : beaucoup de gourmandise et de légèreté (nb vignes plantés sur un terroir de cône -sables-), un vin ciselé avec une belle longueur.verticalegigondas_perrin2007.jpg

2006 réunit un hiver très froid, avec un déficit pluviométrique non compensé au Printemps (2012 en prend le chemin) ; l'été a été tour à tour chaud puis froid, un peu pluvieux, avec comme résultat une hétérogénéité des maturités du grenache (la syrah était, elle, de jolie qualité). Les vins de ce millésime ont de la structure mais aussi de la finesse et de la fraîcheur (reflet de celle des nuits d'août).
L'exemple, Grapillon d'or Excellence 2006, peu expressif au nez, sur le fruit en bouche avec beaucoup de fraîcheur. Un vin à boire...verticalegigondas_grapillondor2006.jpg
2005 est une année sèche, venteuse, succession de journées chaudes et nuits fraîches, et une petite récolte bien concentrée au final. Millésime considéré à Gigondas comme exceptionnel, les vins sont équilibrés, entre densité et finesse, couleurs intenses et tanins soyeux. Pas un millésime exubérant, les vins ont une certaine austérité : ce sont ils refermés ? On nous dit qu'ils méritent d'être attendus, qu'ils vont se révéler de vrais grands crus...
Le vin dégusté, les Gouberts Cuvée Florence 2005, est à la fois discret mais avec une certaine complexité ; en bouche, le fruit et les notes de garrigue, un peu mentholées, agréable mais les tanins sont serrés et astringents (effet de l'élevage ? finale "boisée").verticalegigondas_goubert2005.jpg2004 connaît un démarrage tardif après un hiver froid ; une forte sécheresse s'est installée jusqu'à mi-août, puis la maturation a un peu décliné. Un climat sec et chaud a couronné la période de vendanges. Belles couleurs pour ce millésime, des tanins fins, de la rondeur... Pour l'illustrer, le Domaine Brusset Tradition Grand Montmirail 2004, un vin cjarmeur, "joyeux", avec beaucoup de fraîcheur ; un peu court en bouche toutefois, avec un léger manque de structure, néanmoins un vin très agréable...verticalegigondas_brusset2004.jpg

2003 est marqué par une fin d'année pluvieuse suivie d'un printemps et d'un été très sec, caniculaire. Globalement, des vendanges saines avec des petits rendements ont donné des vins intenses, riches en tanins et une palette aromatique variée. Le millésime 2003 est, nous dit-on, promis à une longue garde.
le Domaine Raspail Ay 2003 illustre bien l'équilibre et les tanins présents mais agréables, avec une complexité aromatique entre le nez empyreumatique et les épices en bouche, une touche"sauvagine" de cuir mêlé à des notes de garrigue, un joli vin.verticalegigondas_raspail2003.jpg

2001 est un très beau millésime avec un mois de mai bien arrosé, un début juillet humide balayé par un été et un mois de septembre venteux, sec sans chaleurs caniulaires. Les vins sont donc équilibrés et très représentatifs de l'appellation. Pour preuve ce Grand Romane 2001, qui derrière un nez balsamique avec des notes de caramel, offre une bouche ronde et gourmande, avec des notes de torréfaction, un vin évolué, pas encore tout à fait un vin "vieux"...verticalegigondas_amadieu2001.jpg
2000 est un millésime "solaire", pluviométrie faible durant le premier trimestre, printemps humide, été chaud surtout en août et des vendanges saines durant un mois de septembre clément. Un joli millésime avec des vins complexes qui demandent à vieillir...
Beaucoup de sucrosité sur le Domaine de Piaugier 2000 avec un nez giboyeux une bouche kirschée et une finale très "zan".verticalegigondas_piaugier2000.jpg
1999 est encore un millésime de qualité : pluies de printemps, été chaud avec un mois d'août plus arrosé, vendanges sous le mistral, d'où des baies saines malgré la pluie.
Le Montirius 1999 a un nez de caramel, des notes torréfiées et en bouche la prune/pruneau avec des tanins fondus verticalegigondas_montirius1999.jpg
1995 est une année idéale, un gran millésime : avril et ami ont été pluvieux, l'été chaud balayé par le Mistral, suivi de mois d'août et septembre plus frais.
Le Moulin de la Gardette 1995 est un vin tuilé, au nez animal, à la bouche confite avce des notes de sous-bois.verticalegigondas_moulingardette1995.jpg
1989 démarre par une grande sécheresse de novembre 1988 à mars 1989, puis de mai à octobre, ce qui nécessite un tri important durant les vendanges. Les vins ont une matière dense, de la puissance et beaucoup d'arôme.
Le Domaine de la Boïssière 1989 a bien résisté au temps, le vin est kirsché et cacaoté avec encore un peu de matière en bouche, encore suffisamment structuré...verticalegigondas_bouissiere1989.jpgLes vins de Gigondas ont souvent besoin de quelques années pour s'affiner et s'affirmer, sauf exception, mais ce sont aussi d'excellents vins de garde, jusqu'à des 10/20 ans pour certains très bons millésimes, et pour ceux qui aiment ces goût de vins "vieux" de la Vallée du Rhône ; le grenache vieillit bien lorsque les conditions sont réunies : vendanges saines après un printemps plucieux et un été idéal composé de jours chauds et nuits fraîches, quand le Mistral a bien fait son office...

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Dégustation
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 08:58

C9Pmayard_craumamere.jpgCe week-end avaient lieu les printemps de Châteauneuf du Pape, avec 78 domaines en dégustation. je n'ai pu m'y rendre que le dimanche matin (trop peu !), étant d'animation culinaire à Epicurium les après-midi... J'ai dégusté des vins de 8 domaines différents, des choses intéressantes, des blancs fins, racés et des rouges équilibrés, frais et gourmands, avec parfois des vinifications atypiques (je vous en reparlerai).
L'un de mes coups de coeur a été le Châteauneuf-du-Pape rouge La Crau de Ma Mère 2009 du domaine Mayard, élaboré à partir de grenaches centenaires sur le terroir de la Crau (sol argilo-calcaire et galets roulés) , associé au Mourvèdre, avec un peu de Syrah ; élevage en barrique. Le nez fruité est d'une belle concentration, la bouche d'un parfait équilibre avec beaucoup de finesse, de la fraîcheur et des tanins fondus. La complexité aromatique (fruit rouge, épices) se double d'une belle longueur, le tout à un prix très raisonnable à Châteauneuf-du-Pape (28 euros). A noter, ce vin a été noté parmi les meilleurs vins internationaux et N°1 sur l'appellation de Châteauneuf-du-Pape par le Tasted Journal.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Dégustation
commenter cet article

Vins Des Côtes-Du-Rhône

  • : Côte-du-Rhône News
  • Côte-du-Rhône News
  • : présentation des vins de Côtes-du-Rhône, agenda et actualité, vignobles et acteurs de la filière vin
  • Contact

Agenda

 

Initiation et dégustation
de vins de la Vallée du Rhône
en partenariat avec les Santolines

  santoline

 

 

 

 

 

 

 

Le vin... et la cuisine !
Sur le blog Saveur Passionsignaturesaveurpassion.gif
Suivez-moi..

facebook.jpg

twitter.jpg

Follow Me on Pinterest

bonial – promos et catalogues – moins de co2

Blogs Vins Mon blog est sur Blogs Vins

Ebuzzing

blog-appetit-120.gif

vigne.jpg

 

 

Recherche

Tout Sur Les Vins Des Côtes-Du-Rhône