Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 11:15

Peut-on lire dans le vin ? Connaître l'avenir, entrer en contact avec l'au-delà, décrypter les auspices ? Que se cachent dans les entrailles du vin ?
Une définition d'abord : devin, ine. (de-vin, vi-n') s. m. Celui, celle qui prétend découvrir ce qui est caché, soit dans le passé, soit dans le présent, soit dans l'avenir.
Le vin est parfois divin, sait-il être aussi devin ?
Il existe bien des "cuvées des devins", "Apollon" mais existe-t-il une cuvée "Thémis", "Cassandre" ou "Sibylle" ? Alors que nous réserve 2014, quel vin saura nous le dire ?
Existe -t-il une réponse pour Véro du Mas Coris ? (vais-je me rapprocher d'elle bientôt ?) Elle nous demande quel sera notre vin de l'année 2014, pour les Vendredis du Vin #62.
Cette année rique de voir des changements, peut-être plus profonds qu'on ne croit, peut-être un déménagement, partir dans une autre région après 15 ans de bons et loyaux services à la Provence sans trop savoir ce qui va se passer, un peu flippant. On aimerait savoir qu'il n'y aura pas d'apocalypse ou de secousse sismique : "Toutes les fontaines se sont desséchées pour nous et la mer s’est retirée. Tout sol veut se fendre, mais les abîmes ne veulent pas nous engloutir ! (...) Ainsi Zarathoustra entendit parler un devin." (Ainsi parlait Zarathoustra - Friedrich Nietzsche)
Plus d'eau ? Du vin ! Car il y en aura toujours quelque soit l'endroit où l'on ira, et si je redeviens parisienne, j'y trouverai d'excellents cavistes ! Et l'on partira avec les cuvées chouchous d'amis vignerons, des Petites mains d'Isabelle (Domaine la Guicharde), le Cinsault de Jérôme (la Biscarelle), du Lieu-dit chez Julien, j'ai déjà une belle provision de rosés d'un autre Jérôme, celui de Gourt de Mautens, je passerai prendre des VDN chez les amis vignerons de Rasteau : Elodie, Robert, Pierre... et les autres ! Bref, on fera le plein si l'on quitte la région, mais il n'y a aucune certitude pour le moment...

Alors pour se remettre, dégainons le vin-doudou : le Massif d'Uchaux Jocundaz rouge du Château Simian ; quelque soit le millésime, il nous laisse toujours dans le coeur un bien-être, un confort et en bouche un velouté, une suavité douce et chaude, richement fruitée, une belle minéralité, droit dans ses bottes, honnête et franc, tellement sympathique comme son vigneron, Jean-Pierre Serguier. Un vin dans lequel on peut avoir confiance et sur lequel on peut se reposer, sans crainte d'être déçu. Un compagnon de maintes soirées, un vin voisin puisque les vignes poussent sur Piolenc, à quelques petits kilomètres de notre domicile actuel... Et si je m'en vais, je trouverai toujours ses vins sur son site.
Voilà, vero, peut-être que tu seras ma voisine après Jean-Pierre, va savoir...
NB on retrouve les Vendredis du Vin sur facebook ici et là pour l'édition #62.

 

 

D'Uderzo-Goscinny à Nietzsche, un vin devin ? Et le Jocundaz-doudou du Château Simian

Partager cet article

Repost 0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 13:40

C'est #grenacheday today ! L'an passé, j'avais parlé d'un vin rouge que j'adore, le Gigondas Lieu-dit du domaine des Bosquets. Place au blanc cette année ! Un vin blanc à base de grenache, donc (100%), en vin de France de mon voisin vigneron, Jean-Pierre Serguier du Château Simian, La louronne 2012. Une première pour cette cuvée qui existe également en 100% grenache rouge en Massif d'Uchaux (présentée ici).
Le vin est issu de vieilles vignes sur grès argilo-calcaires  du terroir du Massif d'Uchaux, traversé par la rivière qui a donné son nom à la cuvée (rappelons que cette appellation "Villages" n'existe pas en blanc, bien dommage).
D'une couleur or pâle, le nez est complexe,
riche, mais un peu fermé. On décèle toutefois des notes grillées,  d'épices (noix de muscade) mais beaucoup de fraîcheur ; la bouche est ronde, fraîche et subtile, relevée de fleur d'acacia ; on imagine l'évolution et le potentiel de garde, on sirote en imaginant que le vin va se confire et prendre des saveurs miellées dans les années à venir. Pour l'heure il est plein d'équilibre et de peps, mais c'est un vin élégant, sur la retenue, attention à ne pas l'écraser. On l'accompagnera de mets simples relevés de fruits secs et d'épices douces, de crème légère (lait ou crème de coco par exemple), de pomme et/ou coing non sucré avec encore de la mâche, encadrant  volaille, porc, veau et poissons à chair blanche. Un comté vieux nous dit le vigneron, avec un parmesan jeune, cela fonctionne aussi !
Je l'ai dégusté avec des palourdes crème de coco et shiso ainsi que des encornets sautés à la tomate, pesto et cumin.
Bon #grenacheday à vous !

Partager cet article

Repost 0
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 09:33

J'ai eu ma période "Marvel", adolescente, en partie influencée par un copain qui était accro. J'aimais surtout dessiner les personnages, ces "super-héros" aux muscles saillants, aux accessoires improbables, aux gestes précis et toujours en mouvement, bondissant, volant, s'échappant pour mieux sauver la veuve et l'orphelin. C'était également l'époque des premières séries les mettant en scène, dessins animés, et même des séries avec d'autres héros mutants comme l'Homme qui valait 3 milliards. Autant dire que j'étais été nourrie partiellement des comics, avant de l'être de Pilote, l'influence de mon frère cette fois...
Mais quant à rapprocher cet univers de celui du vin, comme le propose Tom Delanoue du blog 1098.fr pour les Vendredis du Vin #58, c'est une sacré paire de manche, avec ou sans torpi
lle intégrée... Parce que ces super-héros amphétaminés, ça évoque plutôt le vin dopé au sucre, à l'acide, la vigne aux pesticides etc... Pas très "naturel", le super-héros. En revanche, plusieurs vignerons sont un peu des super héros, face aux instances de plus en plus figées odg-inao-syndicat.
Des rebelles. Et puis il existe aussi des super-héroïnes qui utilisent leurs pieds et leurs mains
, au lieu des machines, à l'ancienne. Sans perdre de leur féminité, à l'instar de la belle amazone sexy née sous la plume de Charles Moulton : Wonder Woman, son lasso et ses bracelets, son mini bustier doré et ses bottes rouges. Elle est symboliquement une représentation d'Isabelle Guichard du domaine la Guicharde, l'espace d'un VdV. D'Isabelle et de ses vendangeuses qui ont ramassé à la main, trié et égrenné ces vieux grenaches, avec toute l'exigence et le doigté féminin. Et une patience de super-héroïnes ! Elles sont d'ailleurs citées sur la contre-étiquette, quel plus bel hommage pour Pauline, Nnagayi, les 2 Chloé... Foulage au pied, pigeage en délicatesse et la nature a fait le reste.
Cette cuvée "Petites mains" (petites mains de fée, qui sont un autre genre de super-héroïnes, davantage les miennes...) est réalisée depuis 2 ans, le 2011 est sublime de concentration, de fruit, ample en bouche avec la fraîcheur du terroir (les vielles vignes sont plantées sur un terroir très ancien de grès calcaires et siliceux sur le massif d'Uchaux). Du super-grenache !
Pour en savoir plus sur le domaine de la Guicharde, cliquez ici .


 

Partager cet article

Repost 0
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 07:50

Le rosé n'est pas seulement ce vin fruité et léger à boire à l'apéritif, c'est aussi un vin de gastronomie, qui accompagne délicieusement nos repas d'été. Voici quelques idées de mariage avec certains rosés de vignerons d'ici. Premier accord, le rosé 2012 des 5 sens à Rochegude (domaine déjà évoqué ici, mais je vous reparlerai de la vigneronne dans quelques temps...).
Dégusté sur cuve en juin, puis en bouteille, lors du Quatuor de Villages, ce rosé ne goûtait pas tout à fait la même chose. C'est un rosé vineux, complexe, plutôt sec (12,5°, très correct pour la région !). Assemblage d'une saignée de cinsault et d'une presse de mourvèdre (qui lui donne cette couleur presque "évoluée") vieilli en cuve, le vin s'équilibre entre gras et tanins fins, fraîcheur et minéralité. La fraise ténue au nez, laisse place en bouche à des notes d'agrume, pointe d'amertume en finale. Le vin s'est marié idéalement avec un rouget barbet sur son bouillon façon bouillabaisse et une tartine gourmande relevée du foie du poisson.

Partager cet article

Repost 0
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 09:40

Le Château Simian sort une nouvelle cuvée très "grenache" en Massif d'Uchaux : 85% de l'assemblage, le reste étant des jeunes vignes de syrah. La cuvée porte le nom de son terroir, le lieu-dit de la Louronne ; de vieilles vignes de grenache noir orientées "est"  sur un terrain un peu plus pentu que Jocundaz, l'autre excellent Massif d'uchaux (plus frais, plus riche en épices et notes de garrigue). Une cuvaison longue, un élevage traditionnel, seulement 2000 bouteilles pour ce premier millésime, il n'y en aura pas pour tout le monde ! Ce serait dommage, ce vin est superbe de concentration, des notes de fruits noirs, confits, une bouche fondue, gourmande et fraîche, la minéralité du Massif... Dès que le millésime le permettra (si la parcelle n'a pas trop été touchée par les coulures), ce seront 4 à 5000 bouteilles que les amateurs se partageront ! .
A suivre, une autre nouvelle cuvée fameuse à déguster sur cuve, qui sera en bouteille dans quelques semaines...

Partager cet article

Repost 0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 17:33

C'est la 3ème édition du Quatuor de Villages qui réunit 4 Villages de la Vallée du Rhône méridionale : Sablet, Séguret, Roaix et massif d'Uchaux. 3 ans que je rencontre les vignerons de ces appellations, que je déguste et redéguste leurs vins, souvent équilibrés, parfois avec beaucoup de finesse. Mais cette année, j'ai suivi de plus près la jeune relève : Pablo Hocht du Domaine Crève Coeur à Séguret (en appellation Sablet cette année, on dégustera son premier Séguret l'an prochain). Son rosé 2012 est d'une grande fraîcheur, fruité et vineux, c'est un vin de table franc et gourmand.
Le Côtes-du-Rhône rouge 2011 issu de vieux grenaches de Séguret élevés en cuve acier émaillé 8 mois après macération en cuve béton ; il offre une très jolie matière, ample, soyeuse et une belle concentration. Très buvable ! Le Sablet rouge 2011 (80% grenache, 20% mourvèdre) vinifié en cuve béton est ensuite élevé en barriques de plusieurs vins environ 11 mois. Le bois est plutôt bien intégré, même si la finale l'atteste, là encore, la structure est dense et les tanins fins. Jolis vins pour ce jeune vigneron qui travaille à son domaine mais aussi au Château St Cosme à Gigondas chez Louis Barruol...

A Roaix c'est le blanc (viognier, clairette) de Sébastien Ricard du Jas de Barral (2 ans d'existence) qui m'a séduite, tant dans sa jeunesse qu'après un an : nez miellé, anisé avec des notes de Chartreuse verte, bouche complexe, minérale, fruitée et confite à la fois (surtout après un an). Je suis repartie avec une bouteille à marier. A suivre...
Le Roaix rouge 2012 est à attendre, en revanche, de la puissance, du fruit, des tanins marqués qui doivent s'assouplir...
Toujours sur Roaix, le domaine des Auzières produit deux Roaix, l'un passé en fût, l'autre pas. J'ai préféré le second (70% grenache, 30% syrah), joli grain de tanin, fruit gourmand ; l'autre est prometteur mais le bois pas encore intégré, à regoûter.
..
Je n'ai pas manqué non plus les vins de Sablet de Vasco Perdigao du domaine Chamfort, jeune vigneron venu du Rhône septentrional, exigeant, passionné et très sympathique.
Son blanc 2012 s'ouvre sur un nez atypique, plutôt mentholé, et offre une palette aromatique exubérante de fraise, ananas, un peu grillée (coco), riche, d'une belle longueur avec une finale minérale et de la fraîcheur. Son rosé 2012 est sec et d'une grande minéralité, avec presque un peu de salinité en fin de bouche, pamplemousse rose adouci d'une note de fraise et de la vinosité. Assurément un rosé de gastronomie !
Le rouge 2011 est frais, avec une bouche fruitée, pleine de finesse, un excellent rouge estival en somme !

Terminons ce tour d'horizon avec un vigneron découvert il y a deux ans sur ce même salon, Vincent Baumet à Rochegude, qui m'avait beaucoup marqué par la qualité de ses vins. 4 rouges chez lui qui valent le détour tous dégustés dans le millésime 2010 : Côtes-du-Rhône 2010 "velours" (grenache, syrah), très "fruits rouges" et tanins soyeux Côtes-du-Rhône 2010 "cuir" (grenache, syrah, carignan), plus riche, sur des notes de fruits noirs et d'épices, provient d'un terroir de galets (terrasse du Riss). Rochegude est un compromis entre les deux terroirs précédents, associant galets et sables et intègre du mourvèdre à la place du carignan ; il a ma préférence pour sa belle concentration de fruits noirs, d'épices, sa puissance tempérée par la fraîcheur et la finesse des tanins. Le Massif d'Uchaux est un peu plus alcooleux, plus dense et avec une structure plus puissante, plus massive ; je le goûterais mieux cet hiver...

 

Partager cet article

Repost 0
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 09:57

Bernard Pradier a jadis changé de vie et de métier ; devenu vigneron par passion il a pris les rênes du Château d'Hugues à Uchaux (nord Vaucluse). 

Mais le vigneron a une autre passion : il peint. de l'artiste à l'artisan, la frontière est ténue et le peintre-vigneron ne saurait choisir entre l'une et l'autre de ses amours.

Il peint des ceps-femmes ou des scènes de vendanges (entre autres). qu'il met en scène au caveau ou sur les étiquettes de ses bouteilles, voire sur les barriques... Sous le pinceau, le cep de vigne s'anime, se métamorphose en silhouette féminine. Ci-contre, 3 bouteilles "prestige", dans les 3 couleurs habillées de silhouettes dansantes.
Et dans la bouteille ? Le vin est bien fait, parfois un peu "brut", parfois plus riche selon les cuvées.

Citons Les vendanges d'un chef, une IGP 100% Merlot vendangé par des chefs de la région (comme son nom l'indique) en 2011, pour fêter les 25 ans du domaine.  C'est... le nôtre ! est un vin rouge en Vin de France 2010, cuvée éphémère "anniversaire" des 25 ans qui équivaut au Côtes-du-Rhône Grande Réserve (vieilles vignes de grenache et syrah). Le Côtes-du-Rhône rouge cuvée Sylviane (grenache, syrah, mourvèdre, non éraflé) en hommage à son épouse, non dégusté. Enfin, l'Or des Collines, son Massif d'Uchaux (grenache, syrah, mourvèdre, élevé un an en fût) est un vin riche, concentré, typé, délicieux !
D'autres vins encore aux noms poétiques, à découvrir à la cave, comme Chant de Fleurs, un blanc aromatique à base de clairette et d'ugni blanc (plutôt atypique en Vallée du Rhône), La Frivole, Murmure Fruité, Pincée d'Epices etc...
A noter le caveau d'Uchaux a été refait à neuf, tout en gardant une rusticité agréable, il vous accueille durant l'été pour ses soirées "tapovino", renouant de façon originale avec la tradition hispanique de la "tapa", cette bouchée destinée à "couvrir" le verre (c'est le sens étymologique ; pour en savoir plus sur tapas et pintxos, c'est sur Saveur Passion), pour protéger le vin des insectes...
Bernard Pradier a imaginé des tapovino de sa création, élaborés par un boulanger voisin et ami, sur le principe d'un pain brioché enrichi de préparations salées ou sucrées et colorées différemment selon le vin en accord : jaune, rose, vert... Ludique pour découvrir les vins du domaine, mais peut mieux faire pour élaborer un accord véritable que méritent ces vins... Mais le cadre est des plus agréable, surtout quand le jazz ou les airs sud-américains nous invitent au farniente ou à la danse ! Si vous y allez ne manquez pas les oeuvres exposées. Car, comme les dons se transmettent, son fils Bastien est également artiste, peintre et sculpteur inspiré et de talent...
Château d'Hugues
Route de Sérignan - 84100 Uchaux
Site Internet

 

Partager cet article

Repost 0

Vins Des Côtes-Du-Rhône

  • : Côte-du-Rhône News
  • Côte-du-Rhône News
  • : présentation des vins de Côtes-du-Rhône, agenda et actualité, vignobles et acteurs de la filière vin
  • Contact

Agenda

 

Initiation et dégustation
de vins de la Vallée du Rhône
en partenariat avec les Santolines

  santoline

 

 

 

 

 

 

 

Le vin... et la cuisine !
Sur le blog Saveur Passionsignaturesaveurpassion.gif
Suivez-moi..

facebook.jpg

twitter.jpg

Follow Me on Pinterest

bonial – promos et catalogues – moins de co2

Blogs Vins Mon blog est sur Blogs Vins

Ebuzzing

blog-appetit-120.gif

vigne.jpg

 

 

Recherche

Tout Sur Les Vins Des Côtes-Du-Rhône