Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 11:11

Enseignant à mi-temps, Jérôme Hue est vigneron par passion, au domaine Mas de Casalas à Mondragon. Je l'ai croisé la première fois à Uchaux, sur la manifestation Eclats de Talent (la photo ci-contre date de cette époque), mais j'avais découvert son Coup d'pied à la lune au restaurant L et lui.
Comme lui, il existe une poignée de personnages talentueux qui cumulent deux professions, parfois connexes, parfois très différentes, tout en  exerçant leur métier de vigneron comme un vrai sacerdoce, avec une réelle passion.
Jérôme est enseignant à mi temps (mais vigneron à plein temps !). Il s'est installé avec sa compagne Isabelle à Mondragon dans une vieille ferme qu'ils ont restauré avec beaucoup de goût. In situ, 2,5 ha de vignes (plus 1 ha du côté d'Uchaux), vieux carignans et vieux grenaches, certains presque centenaires notamment, et des plus jeunes vignes, de cépages blancs complantés. A suivre dès que son premier blanc verra le jour !


Après un cursus "viti" à Carpentras-Serres, il s'est formé aux côtés de Jean-Christian Mayordome (qui cumule lui aussi deux métiers !), et chez qui il a fait ses premières vinifications. C'est souvent le cas, les jeunes vignerons qui s'installent, bénéficient du soutien d'un parrain ou mentor, qui les aide les premiers temps jusqu'à l'installation de leur propre cave, de leur propre cuverie. Ici, c'est Jérôme qui a tout fait de ces mains ; la cave compte aujourd'hui deux cuves béton pour les vinifications, une cuve inox pour le stockage, des demi-muydts pour l'élevage.
Premier millésime en 2006, le Mas de Casalas est conduit depuis le départ en biodynamie. En octobre dernier, Jérôme enterrait les cornes de bouse avec la fine équipe d'Uchaux-Piolenc-Mondragon. Il est secondé par deux vaches : la mère, âgée de 20 ans, et son fils.

Le domaine a rapidement connu deux cuvées : Coup d'pied à la lune et Ma Rêveuse, tous deux assemblage des cépages du domaine, soit plus ou moins 50% de grenache, 40/45% de carignan, et un peu de cinsault, le premier vinifié en cuve, le second connaît un élevage en bois de plusieurs vins assez long, dans des demi-muydts à ce jour. Des vins équilibrés qui trouvent dans le terroir la minéralité du sol et la fraîcheur d'une exposition nord, en plein coeur du Massif d'Uchaux (les vins sont pourtant étiquetés sous la bannière des Côtes-du-Rhône, mais ils sont bien plus riches !). Il n'est pas exclu que Jérôme demande un jour un passage en Côtes-du-Rhône Village Massif d'Uchaux (et peut-être plus tard en cru, puisque telle est la réflexion de l'appellation). Très peu de soufre ajouté, la vinification se veut aussi naturelle que possible, autant que la conduite de la vigne. NB Jérôme Hue fait partie de groupe de vignerons "naturels" (et non 100% "nature") et on le retrouvera en avril du côté de Clermont l'Hérault, aux Printemps des Vignerons.
En dégustation, le Coup d'pied à la lune 2007 et le 2011. Le premier est fruité, épicé
, concentré, la bouche est opulente mais avec suffisamment de tension minérale et de fraîcheur pour supporter l'alcool et la puissance du vin (et du millésime). Le second est un vrai coup de pied, pas de doute ! Très fruité, plein d'allant, il offre sa jeunesse (un millésime gourmand et facile à boire), pleine de peps, des tannins souples déjà et une incroyable longueur. Gros coup de coeur ! Le vin, solaire, s'accompagnerait bien de préparations à base de tomate/poivron, très sudistes...
Ma Rêveuse est autre, avec un boisé plus ou moins marqué selon les millésimes mais qui reste bien intégré... Le 2009, passé en demi-muidts de 1 et 2 vins est évidemment puissant avec des tanins très présents, mais sans que le boisé ne prenne le pas sur l'expression aromatique. Tout au plus décèle-t-on des notes de vanille au nez, que l'on retrouve, subtiles, en bouche. Fruit, minéralité, fraîcheur se retrouvent avec plus de force (surtout dans le millésime 2009) et d'épices que dans le Coup d'pied à la  lune, mais la trame est un peu la même et le terroir identique...
Il existe encore un rosé de saignée (cinsault-grenache) non goûté, et un très joli "vendanges tardives" de grenache, baptisé Coup d'pied aux fesses, et numéroté ; la vendange est récoltée à la Toussaint (pas chaque année cependant).  Le 2007 s'avère très "cerise", le 2011 est plus "figue sèche" (accord avec un duo chocolat-café devrait être terrible), les deux offrant une très jolie concentration, et un sucre résiduel bien contrebalancé par la fraîcheur minérale du terroir.
Bref, un domaine que je recommande. Et à sa tête, un vigneron d'une grande disponibilité, et d'une grande sincérité dans son approche de la vigner comme de l'humain...


Mas de Casalas
Route d'Uchaux
84430 MONDRAGON
Tél. 04 90 30 01 08

Site Internet

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 15:59

Jérôme Bressy est issu d'une famille vigneronne qui se contentait de porter en cave le fruit de son travail, comme beaucoup des vieilles générations, ici comme ailleurs... Il a été le premier de sa lignée à vinifier, en 1996 ; en cela il s'est démarqué mais pas que. Passionné de vieux ouvrages sur la vigne et l'agriculture d'Olivier de Serres (le Théâtre de l'Agriculture) ou de l'Abbé Rozier, il s'est lancé dès 1993 dans la biodynamie, avant même de commencer à vinifier ! Il a obtenu la certification Déméter en 2008...
Il a replanté des vieux cépages : picardan, counoise, terret noir et vaccarèse et d'autres cépages encore ; il pratique la complantation (parcelles plantées de plusieurs cépages en mélange) ; une façon alternative de conduire la vigne qui gêne probablement...
Bref, il est ce qu'on appelle un artisan de la vigne, un paysan dans le sens noble du terme. Après avoir été vinifiés en Côtes-du-Rhône Villages Rasteau, puis en cru Rasteau, ses vins portent désormais la bannière de l'IGP Vaucluse.
Pour comprendre la sortie du domaine Gourt de Mautens du cru Rasteau et pour découvrir le picardan, vieux cépage blanc de la région (évoqué ici), j'ai longuement discuté avec Jérôme Bressy (et j'ai un peu dégusté aussi ses vins, forcément...).
Lors du passage en cru en 2010, son vin rouge est bel et bien en cru Rasteau, en 2011 aussi. Que s'est-il donc passé l'été dernier ? L'ODG lui envoie un courrier de contrôle avec des fiches de renseignements que le vigneron remplit avec conscience (et confiance). Un procès verbal lui énoncera que seuls 4 ha sur les 12 que compte le domaine, peuvent répondre favorablement au cahier des charges du cru Rasteau. Et encore... La complantation pose souci, les vieux cépages aussi : ces derniers représentent 27% de l'encépagement, soit bien plus que ce qui est autorisé. Le vigneron sent qu'on va lui chercher des poux dans la vigne, il sort entièrement du cru Rasteau et de l'appellation Côtes-du-Rhône, qui exclut certains cépages également (les gris notamment). Les trois couleurs du domaine sont désormais produites en IGP Vaucluse :
Jérôme Bressy produit trois vins, trois couleurs, en toute liberté, mais sortir de l'AOC peut être frustrant (surtout au moment même du passage en cru), pénalisant en terme de reconnaissance, bloquant sur certains marchés export et nécessitant un surcroît d'énergie. Sans parler de la valorisation financière des vins...
Quid aussi de Marcel Richaud qui pratique un peu le même genre de conduite de la vigne (et notamment la sauvegarde des vieux cépages) à l'heure où la question du passage en cru se pose à Cairanne de façon cruciale et largement débattue ?
Le système centenaire créé par le baron Le Roy (ci-contre) et Joseph Capus pour valoriser la qualité du vin ne s'est-il pas éloigné de ses principes de base ? L'artisanat de la vigne laisse place de plus en plus à une certaine industrialisation, centrée sur l'arrachage de vieilles vignes, la plantation de clones imposés (grenache-syrah est le duo majoritaire ici, mais les politiques d'aoc sont souvent les mêmes partout), l'irrigation, des rendements autorisés  trop élevés...
Alors tant pis pour l'appellation, les vins sont superbes et taillés pour la garde, du blanc au rouge. Le travail dans la vigne s'appuie sur la biodynamie, respect de la terre et traitements sur mesure (silice, ortie, petit lait..). A la vendange, la récolte est triée, égrappée partiellement, légèrement foulée pour les rouges. En cave, pas de levurage, léger sulfitage, des remontages juste ce qu'il faut, pas de pigeage, extraction douce, macération d'environ 15 jours et vieillissement en cuve inox, foudres et/ou demi-muydts, 18 mois pour les blancs et rosés, 34 à 36 mois pour les rouges. Le 2011 sera ainsi mis en bouteilles en 2014...
Jérôme Bressy fait également vieillir en bouteilles de façon à délivrer un vin "affiné", prêt à boire..
. Le blanc, à base de picardan et de clairette en majorité, a beaucoup de finesse ; le rouge est concentré, une structure puissante, de solides tanins qui sauront s'affiner avec le temps, des fruits et épices douces évoluant sur des notes de torréfaction, de cuir, de cigare. Dans le détail, le 2011 fait penser à un Cairanne. Il s'ouvre sur un nez un peu fumé, avec des notes végétales, complexité et finesse aromatique en bouche, beaucoup d'équilibre et une très belle longueur  ; le 2009 est plus expressif, plus fruité, gourmand mais trapu, plus serré en bouche, finale sur les épices ; le 2008 est superbement floral, notes de pivoine et de poivre, il explose littéralement jusqau'à la fin de bouche, belle longueur encore. Gros coup de coeur pour le rosé 2010, vinifié comme un blanc : tendu, oxydatif avec des notes fumées, de silex. Très belle minéralité et une jolie expression pour un rosé de gastronomie ! A suivre pour un accord estival...
Gourt de Mautens
Route de Cairanne
84110 Rasteau
Site Internet

Partager cet article

Repost 0
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 15:28

Les Compagnons des Côtes du Rhône existent depuis le début des années 1990 : cette confrérie a été créée à l'initiative de jeunes vignerons de Cairanne, Ste Cécile les Vignes et Lagarde-Paréol (Nord du Vaucluse) pour relancer et rajeunir les fêtes traditionnelles de l'ancienne tradition féodale du Ban des Vendanges.
Les quelques quarante membres (photo ci-dessous - crédit Compagnons des Côtes-du-Rhône) ne sont pas que des vignerons ou professionnels de l'univers viti-vinicole mais ce sont tous des passionnés de vigne et de vin et d'ardents défenseurs des vins de la Vallée du Rhône ! compagnonscotesdurhone.jpgOn y compte quelques femmes, dont la présidente, Brigitte Noël. Ils valorisent tous la capitale des Côtes-du-Rhône Avignon, en y cultivant plusieurs manifestations culturelles et vineuses, dont le Ban des Vendanges qui se fête chaque premier samedi de septembre et le Théâtre des Sens, en marge du Festival d'Avignon, qui permet de découvrir des artistes tout comme les 3 cuvées de l'année. Les Compagnons ont même leur vigne, plantée dans l'enceinte avignonnaise !
Pour en savoir plus sur la Confrérie, cliquez ici.
Et clin d'oeil au passage à l'ami David Bérard, animateur sur France Bleu Vaucluse et Compagnon des Côtes du Rhône, ainsi qu'à son émission Deux minutes vin !


Partager cet article

Repost 0
Published by N.Merceron - dans Portrait
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 16:57

La charmante Elodie Balme fait partie de cette jeune génération qui se lance dans les vignes, avec passion : quand la fougue de la jeunesse rejoint celle d'une réflexion aboutie sur l'art de la vinification, dans le respect de la vigne et du terroir ! Et même si elle ne fait partie d'aucun groupe comme les Femmes Vignes Rhône, elle est assez représentative de cette conquête féminine du vignoble en Vallée du Rhône, dans un univers qui reste encore assez machiste...
C'est en 2009 que j'ai goûté pour la première fois son Rasteau-signature, mais c'est seulement l'été dernier que je l'ai rencontrée au Quatuor de Villages. Nous nous sommes revues au marché de Noël de Roaix (elle était mon "donneur d'ordre"), et il a fallu attendre mars pour que nous nous rencontrions enfin plus longuement au domaine !
elodiebalme2-copie-1.jpg
Elodie est fille et petite fille de vignerons, son grand-père paternel était un Charavin, nom fameux dans la région : il était à la tête d'un solide vignoble et d'une cave de vinification à Rasteau ; son autre aïeul travaillait aux Ponts-et-Chaussées et sa grand mère maternelle était ouvrière agricole. Le père d'Elodie a acquis des vignes au fur et à mesure, en développant en parallèle une activité de pépiéniériste viticole, cette seconde activité permettant d'investir et d'accroître son vignoble peu à peu. Mais il n'a jamais vinifié, apportant ses raisins aux caves du coin : Rasteau, Séguret-Roaix et Vaison.
Après 3 ans passés à Cairanne aux côtés de Marcel Richaud, un peu son parrain-viticulteur, Elodie a décidé de l'avenir d'une partie du domaine familial : elle vinifierait ! Passionnée autant par le travail du vin que celui de la vigne, elle a donc démarré en 2006 avec 4 ha de vignes, retirées de la cave de Vaison et achetées à son père. Elodie a commencé à vinifier avec deux cuves et un petit pressoir, mais d'emblée, elle a conquis avec un vin charnu, fruité aux tanins fins...
La jeune femme "nature", souriante, charmante, fait des vins qui lui ressemblent, charmeurs, gourmands, avec de la fraîcheur, du peps et de la longueur, dans le respect de la vigne et avec le minimum d'intrants (levures naturelles et peu de sulfites ajoutés).elodiebalmevigneDepuis 2006, le vignoble s'est agrandi, son père ayant récupéré la production jadis apportée à la cave de Roaix. Elodie veille sur 14 ha de vignes, depuis le bas de Rasteau, à la limite de Plan de Dieu, jusqu'à Buisson, près de Vaison, en passant par Roaix. L'encépagement est composé à 70% de grenache, 15% de carignan, 15% de syrah. Et Elodie de préciser que l'âge moyen des vignes est peu important, les rendements idem : une de ses meilleures parcelles est à Rasteau, avec un âge moyen des vignes de 25 ans et un des plus forts rendements de l'exploitation (35hl/ha) !elodiebalme_cuverie.jpgElle vinifie 5 vins : IGP sur les millésimes précédents (Vin de France en 2011), Côtes-du-Rhône, Côtes-du-Rhône Villages Roaix, Côtes-du-Rhône Villages Rasteau et Rasteau VDN (vin doux naturel, pas toutes les années mais le 2009 est top !). La vinification allie la cuve béton (et des mini cuves en fibre de verre) pour les grenaches et carignans, bois pour les syrahs et les mourvèdres (notamment de toutes jeunes vignes de 6 ans...) ; il s'agit de vinification parcellaire, soit une douzaine de cuves distinctes, certaines n'étant pas bien grandes... Pour le clin d'oeil à son père, avec lequel elle travaille dans les vignes (le père et la fille conduisent ensemble les deux vignobles...), on voit ci-dessus une cuve de 200 litres, un assemblage sur mesure d'Elodie pour son père ! 

Nous avons dégusté ensemble les bruts de cuve 2011 mais elle venait de terminer les assemblage et les vins avaient été un peu remués. Il faudra regoûté dans un mois !elodiebalme.jpgVin de France (grenache + un poil de carignan) et Côtes-du-Rhône (95% grenache 5% carignan) sont assez proches, avec bien sûr un peu plus de structure pour le second, mais pas mal d'alcool.

elodiebalme_rasteau2010.jpgCôté Roaix (70% grenache, 20% syrah, 10% mourvèdre), de la concentration, de l'alcool aussi, léger manque de structure mais encore une fois, le vin doit reposer suffisamment après assemblage...

En revanche la cuve de grenache/carignan destinée au Rasteau (70% grenache, 20% syrah, 10% carignan) est superbe, de l'opulence, de la concentration, du fruit et des tanins souples, la bouche promet d'être gourmande et soyeuse, Elodie's touch ! Y sera assemblée de la syrah élevée en fût/barrique, en début d'été avec un maintien quelques mois en cuves béton. La syrah dégustée (fût et barrique) est fruitée, légèrement florale, avec des notes un peu vertes ou épicées, selon le bois dans lequel elle est élevée. Le Rasteau 2011 d'Elodie Balme devrait être une pure merveille ! En attendant le 2011, je suis repartie avec le millésime 2010...
Le VDN 2011 devra attendre plus longtemps, que le mutage soit absorbé par le vin. A suivre...

Elodie Balme

Route d'Orange 84110 Rasteau
Tél : 04 90 28 10 97

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Portrait
commenter cet article
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 09:31

pierre_henri_morel.jpgSuccès-story à la française et vigneronne de surcroît, du côté de Tain l'Hermitage...

Il a la petite vingtaine revient des Etats-Unis, est passionné de vin et entre chez Chapoutier, où il gravit les échelons du service commercial. Michel Chapoutier le prend sous son aile, un peu comme un fils adoptif. Pierre-Henri Morel est aujourd'hui le directeur commercial groupe, directeur général délégué, bras droit de Michel Chapoutier et depuis 2007, les deux hommes sont associés autour d'une nouvelle marque implantée en Rhône Méridional, à l'identité visuelle sobre et aisément déclinable ; le jeune homme lui a donné son nom : les vins Pierre-Henri Morel.
L'homme existe, je l'ai rencontré à Vinisud, et au-delà du pragmatisme commercial, il nourrit une vraie passion du vin, il en parle avec des mines gourmandes qui ne trompent pas...

La gamme s'orchestre autour de 5 références : 2 Châteauneuf-du-Pape, 1 Gigondas, 2 Côtes-du-Rhône Village, Laudun et Signargues, ces deux dernières appellations étant situées de l'autre côté du Rhône, dans le Gard. L'objectif est de produire des petits volumes de haute qualité dans l'esprit "boutique-winery". Les vignes sont conduites sous le regard aiguisé du négociant ; la vinification et l'élevage ont lieu chez Chapoutier. A ce jour, la majorité de la production est vendue à l'export.
Le Gigondas (grenache-syrah-mourvèdre) est assez typique de l'appellation, très équilibré, pas trop alcooleux ; le Côtes du Rhône Village Signargues* (grenache
-syrah sur sols argilo-calcaires) est riche, concentré, fruité et épicé, avec une assez bonne longueur, beaucoup de charme ; il n'est pas sans rappeler certains Costières-de-Nîmes.
*L'appellation Signargues est la dernière en date en
Côtes du Rhône Village, elle date de 2005 et représente moins de 500 ha.gamme phmorelSur les deux cuvées de Châteauneuf-du-Pape, mon coup de coeur va à la cuvée "Lieu dit Pignan", 100% Grenache, sur un terroir de sables : excellent, beaucoup de pureté, droit, minéral, de la fraîcheur, une grande finesse, avec des notes de tabac, de zan... j'ai adoré ! Attention, 2500 bouteilles seulement pour ce petit bijou, je ne vous dis pas le prix !
La jeune marque Pierre-henri Morel devrait prendre de l'ampleur et la gamme s'accroître avec de nouvelles références à commencer par un Châteauneuf blanc, un cru méridional comme un Beaumes-de-Venise rouge, un Côtes-du-Rhône générique... M'est avis qu'un Lirac serait également le bienvenu...

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Portrait
commenter cet article

Vins Des Côtes-Du-Rhône

  • : Côte-du-Rhône News
  • Côte-du-Rhône News
  • : présentation des vins de Côtes-du-Rhône, agenda et actualité, vignobles et acteurs de la filière vin
  • Contact

Agenda

 

Initiation et dégustation
de vins de la Vallée du Rhône
en partenariat avec les Santolines

  santoline

 

 

 

 

 

 

 

Le vin... et la cuisine !
Sur le blog Saveur Passionsignaturesaveurpassion.gif
Suivez-moi..

facebook.jpg

twitter.jpg

Follow Me on Pinterest

bonial – promos et catalogues – moins de co2

Blogs Vins Mon blog est sur Blogs Vins

Ebuzzing

blog-appetit-120.gif

vigne.jpg

 

 

Recherche

Tout Sur Les Vins Des Côtes-Du-Rhône