Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 08:14

Vous avez prévu de vous rendre en Vallée du Rhône déguster du vin ? Des vacances oenotouristiques commencent par une résidence vigneronne : voici quelques adresses de gîtes et chambres d'hôtes chez le vigneron dans différentes parties de cette région viticole (non exhaustif, à suivre...), je vous propose de suivre ces liens, par zones d'appellations, d'un côté et de l'autre du Rhône...

- Gîtes et chambres d'hôtes autour d'Orange entre Plan de Dieu et Massif d'Uchaux
- Gîtes et chambres d'hôtes du côté de Vaison La Romaine, Rasteau, Cairanne, Sablet*
- Gîtes et chambres d'hôtes du côté du Ventoux, entre Carpentras et Sault
- Gîtes et chambres d'hôtes vers Vacqueyras, Gigondas, Beaumes de venise
- Gîtes et chambres d'hôtes gardoises et dans les Costières de Nîmes

- Gîtes et chambres d'hôtes à Châteauneuf du Pape et alentours 
A suivre...
*ces chapitres ont été enrichis, n'hésitez pas vous aussi à signaler deslieux de résidence chez les vignerons...

 


 

Bons plans "chambres d'hôtes" chez le vigneron en Vallée du Rhône

Partager cet article

Repost 0
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 14:09

Lors de la seconde édition de Gigondas sur Table, j'ai croisé de nouveaux-venus ou des vignerons de retour. Vigneronnes, souvent du reste, comme Cécile Chassagne, présente à cette manifestation gourmande après son congé de maternité. 1,6 ha de vignes situé en haut du Pourra, près du Pas de l'Aigle, à 400 mètres d'altitude.
La vigneronne produit une cuvée unique, assemblage de grenache, mourvèdre, syrah, fermentée en cuve tronconique et élévée 6 mois en barrique de 2/3 vins. Cécile Chassagne faisait déguster le Gigondas 2011, vin riche au nez de prune, à la bouche fruitée, ample, gourmande un peu épicée aux tanins fondus et pleine de fraîcheur. Référence intéressante dans cette belle appellation...

Autre découverte sur Gigondas, un domaine plus connu du côté du Ventoux : La Croix des Pins détient 7 ha à Gigondas. 2 cuvées étaient en dégustation, La première Les Dessous des Dentelles 2010 est un assemblage 65% grenache, 20% mourvèdre 15% syrah, dont le tiers est élevé en barrique durant environ 8 mois.
La seconde est un vin élaboré sur un assemblage 70% grenache et 30% de syrah, sans bois, pour l'unique millésime 2008 par les propriétaires du domaine pour un vigneron ami. Cette cuvée "44.09" (latitude de la parcelle) est bien fondue, évoluée avec un nez et une bouche épicée, de sous-bois, jolis
tanins, mais c'est un vin éphémère dont il ne reste que 1000 bouteilles à la vente...
Citons encore Delphine Faraud du domaine du Cayron, aux vins de Gigondas atypiques avec leur proportion non négligeable de Cinsault (15% aux côtés de 70% de grenache, le reste étant de la syrah et du mourvèdre).  16 ha de vieilles vignes, une cuvée unique, vinification traditionnelle, élevage en vieux foudres.
.. Mais ce sont surtout les cinsaults qui apportent cette note fraîche, un peu végétale voire florale. Pivoine, rose, selon les millésimes, avec une bouche fruitée, épicée, cassis un peu poivré, qui s'épanouissent avec le temps sur des notes plus animales. Des vins à découvrir ou à redécouvrir...
Sans oublier Céline Chauvet du Grapillon d'or et des vins d'une belle concentration, confits, gourmands...
Et erminons en beauté avec deux jolies filles du domaine des Florets et de la Maison Lavau. Et vivement la prochaine édition de Gigondas sur Table !. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 09:28

Gigondas sur Tables a connu lundi un succès encore plus grand que la première édition, l'an passé : grosse fréquentation et public nombreux, gourmets et fêtards, réunis sur cette place du village de Gigondas autour des vignerons, chefs de cuisine et artisans de bouche qui nous ont régalés ! L'événement organisé par les jeunes vignerons de Gigondas a connu un début de soirée déjà animé, avant même le lancement officiel : on se presse autour des tonneaux pour échanger avec les vignerons et déguster les vins...

Cette année, les chefs et artisans de la région étaient Armand Arnal, chef de la Chassagnette au Sambuc (Arles), Bruno d'Angelis, chef de La Vieille Fontaine-Hôtel d'Europe à Avignon, Laurent Deconinck, chef de l'Oustalet à Gigondas, Christian Peyre, chef de la Maison de Bournissac à Les Paluds des Noves ; Josiane et Christian Deal, MOF-fromagère et maître-fromager à Lou Canesteou à Vaison ; Sébastien Richez, pâtissier à Les Gourmands disent... à Cavaillon (en compagnie d'invités et d'Henri-Claude Amadieu, président des Jeunes Vignerons de Gigondas, photo ci-dessus de Christophe Jeune, domaines Saint Paul et Grand Tinel) .
Les festivités gourmandes démarrent autour de mets frais et fruités comme la rouelle de homard, pêche et melon de Christian Peyre
, Homard et melon, ainsi que la chaleur ambiante, tout plaide pour un Gigondas rosé, comme celui du domaine Les Teyssonnières, un rosé de saignée issu de grenache, cinsault et syrah, plutôt équilibré, bien fait et fruité qui accompagne bien le fruit de la verrine.
En dépit d'un vent léger qui se lève sur le village, les températures sont élevées, et le rosé est très demandé bien sûr ! Cela tombe bien, les chefs ont oeuvré pour proposer chacun au moins un mets en accord avec le rosé, comme le fameux velouté d'herbes amères, brousse de chèvre frais d'Armand Arnal (que je préfère accompagné d'un vin blanc,
mais qui peut aussi trouver chaussure rosée à son pied) ou sa délicieuse riste d'aubergines, épeautre de Sault, à la fois suave et épicée, fraîche et acidulée, bien relevée. J'ai choisi de la déguster avec le Gigondas rosé 2012 des Florets, une saignée de grenache, syrah et cinsault, comme le précédent... Couleur intense plus sombre, belle extraction qui titre 14° mais pleine de fraîcheur et de minéralité, très équilibrée, avec des tanins tout doux. très bel accord avec le plat d'Armand Arnal !
Le saumon "brut", sauce soja et baies roses, un classique de Laurent Deconinck (seul chef à officier at home, puisqu'il est le chef de l'Oustalet, à Gigondas). Son saumon fonctionne toujours bien avec les rosés vineux et un peu épicés de Gigondas, comme celui de la Cave de Gigondas ou celui du domaine Longue Toque...
Pour terminer sur les rosés, retour sur celui de la Mavette.
dégusté avec  une verrine signée Bruno d'Angelis qui a joué la carte de la truffe d'été : vichyssoise de poireaux, pomme de terre à la truffe d'été, magret de canard du domaine de St Géry. Une délicieuse association, bien mariée au rosé de Gigondas.

Changement de couleur, passons au Gigondas rouge et suivons les conseils avisés de Laurent Deconinck, qui connaît bien les vins de Gigondas et sait particulièrement les accorder. Sur son magret de canard sur une pulpe de figue réglissée à l'huile d'olive vierge, il recommande un vin jeune, sur le fruit, épicé juste ce qu'il faut, comme par exemple celui du Domaine des Bosquets, millésime 2011. Jeux de texture, fraîcheur de la figue et de l'huile d'olive, avec une touche de romarin, l'accord est très réussi. bel accord encore entre l'épaule d'agneau confite, caviar d'aubergine, ricotta et coppa de Christian Peyre avec d'autres Gigondas rouges. En revanche il faudra tatonner pour trouver un accord avec l'improbable oeuf bio moelleux, crème de champignons des prés à la noisette (à gauche), qui trouve un meilleur accord avec un vin blanc qu'avec un rosé ou un rouge. Millésime ancien, fondu pour supporter l'oeuf, avec des notes qui "collent" au sous-bois du mets. Un 2008, mieux un 2004 du Gigondas rouge du Mas des Flauzières semblent offrir un écrin pour l'oeuf sans que celui ne heurte par trop le vin...
Pas de vin rouge pour les fromages (chèvre, comté, fourme d'Ambert), mais un essai plutôt satisfaisant de rosé sur le picodon ; un peu difficile aussi sur les desserts, le but étant plus de terminer sur une touche sucrée que de trouver un accord véritable... Mais les fromages sélectionnés par la fromagère MOF Josiane Déal sont excellents : Comté de 18 mois, picodon de la Drôme, Fourme d'Ambert, cendré du château, buchette aux herbes. Côté sucré : tarte au citron vert et meringue caramélisée, petit fraisounet aux notes de vanille, macavaillon (macaron au melon) et "tendrement chocolat".

La nuit tombe sur Gigondas, plus vite qu'attendu, signe que la soirée est vraiment réussie ! Avant de partir, on déguste quelques derniers verres chez des vignerons incontournables comme Pierre Amadieu. Ah, son Pas de l'Aigle ! J'ai manqué d'autres très bons vignerons. Mais j'en ai rencontré quelques-uns que je connaissais mal ou pas du tout ! A suivre donc, pour ces découvertes...

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 09:57

Bernard Pradier a jadis changé de vie et de métier ; devenu vigneron par passion il a pris les rênes du Château d'Hugues à Uchaux (nord Vaucluse). 

Mais le vigneron a une autre passion : il peint. de l'artiste à l'artisan, la frontière est ténue et le peintre-vigneron ne saurait choisir entre l'une et l'autre de ses amours.

Il peint des ceps-femmes ou des scènes de vendanges (entre autres). qu'il met en scène au caveau ou sur les étiquettes de ses bouteilles, voire sur les barriques... Sous le pinceau, le cep de vigne s'anime, se métamorphose en silhouette féminine. Ci-contre, 3 bouteilles "prestige", dans les 3 couleurs habillées de silhouettes dansantes.
Et dans la bouteille ? Le vin est bien fait, parfois un peu "brut", parfois plus riche selon les cuvées.

Citons Les vendanges d'un chef, une IGP 100% Merlot vendangé par des chefs de la région (comme son nom l'indique) en 2011, pour fêter les 25 ans du domaine.  C'est... le nôtre ! est un vin rouge en Vin de France 2010, cuvée éphémère "anniversaire" des 25 ans qui équivaut au Côtes-du-Rhône Grande Réserve (vieilles vignes de grenache et syrah). Le Côtes-du-Rhône rouge cuvée Sylviane (grenache, syrah, mourvèdre, non éraflé) en hommage à son épouse, non dégusté. Enfin, l'Or des Collines, son Massif d'Uchaux (grenache, syrah, mourvèdre, élevé un an en fût) est un vin riche, concentré, typé, délicieux !
D'autres vins encore aux noms poétiques, à découvrir à la cave, comme Chant de Fleurs, un blanc aromatique à base de clairette et d'ugni blanc (plutôt atypique en Vallée du Rhône), La Frivole, Murmure Fruité, Pincée d'Epices etc...
A noter le caveau d'Uchaux a été refait à neuf, tout en gardant une rusticité agréable, il vous accueille durant l'été pour ses soirées "tapovino", renouant de façon originale avec la tradition hispanique de la "tapa", cette bouchée destinée à "couvrir" le verre (c'est le sens étymologique ; pour en savoir plus sur tapas et pintxos, c'est sur Saveur Passion), pour protéger le vin des insectes...
Bernard Pradier a imaginé des tapovino de sa création, élaborés par un boulanger voisin et ami, sur le principe d'un pain brioché enrichi de préparations salées ou sucrées et colorées différemment selon le vin en accord : jaune, rose, vert... Ludique pour découvrir les vins du domaine, mais peut mieux faire pour élaborer un accord véritable que méritent ces vins... Mais le cadre est des plus agréable, surtout quand le jazz ou les airs sud-américains nous invitent au farniente ou à la danse ! Si vous y allez ne manquez pas les oeuvres exposées. Car, comme les dons se transmettent, son fils Bastien est également artiste, peintre et sculpteur inspiré et de talent...
Château d'Hugues
Route de Sérignan - 84100 Uchaux
Site Internet

 

Partager cet article

Repost 0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 09:57

Hier avait lieu l'inauguration du caveau tout neuf au domaine de la Cabotte, l'occasion de rencontrer quelques amis vignerons (photo ci-dessous), tous "BIO DYN DINGUES DONC" ! Cette association créée en 2010 autour de vignerons et vigneronnes, 5 domaines de la Vallée du Rhône, tous pratiquant la biodynamie et souhaitant la démystifier, d'où ce nom curieux où affleure une bonne dose d'autodérision, en plus de la silice et de l'ortie !
C'est Jacques Melle, leur conseiller en biodynamie à tous, qui les réunit afin de se grouper sous une bannière "biodynamiste" à Vinisud il y a 3 ans.
Aujourd'hui, il sont 8 domaines en biodynamie du Gard, de la Drôme et du Vaucluse
: Château Fontvert, domaine des Coteaux des Travers, Château Simian, domaine La Cabotte, Vindemio, domaine du Joncier, domaine de la Péquelette, Mas d'Espanet. Ces vignerons, tous certifiés AB et DEMETER, revendiquent une réelle pratique de la biodynamie autant qu'une réelle amitié !
Le groupement devrait s'agrandir dans les mois qui viennent avec de nouveaux vignerons-paysans pratiquant la biodynamie (au moins dans la vigne).
Ils se réuniront demain chez Cédric, en groupe complet afin de déguster notamment des vins de futurs compagnons de biodynamie...
Le site des "BIO DYN DINGUES DONC", c'est par là.
Ci-dessous, de gauche à droite : Jean (Vindémio), Marine (domaine du Joncier), Marie-Pierre et, derrière, Eric (la Cabotte), enfin, Cédric (la Péquélette), vigneron-blogueur...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by N.Merceron - dans vigneron biodynamie
commenter cet article
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 13:01

Jean-Christian Mayordome a deux métiers. "A la ville", en journée, il est médecin généraliste dans le village de Piolenc (nord d'Orange) ; mais il se transforme la nuit tombée en vigneron... J'exagère, ce n'est pas un "transformer", juste un passionné (encore qu'il n'est pas loin d'être un super-héros pour mener ces deux professions de front !). Je connais ses rouges de Séguret et Gigondas, j'apprécie sa façon de travailler, dans le respect de la vigne, non interventionniste (non levuré, peu sulfité) ; j'aime beaucoup ses vins très purs dans leur expression, droits dans leurs bottes et riches en saveur, pleins de fraîcheur et de minéralité. Mais je ne me rappelais pas ses blancs.
Il y a quelques temps, lors d'un déjeuner au Temps de Vivre, belle table simple et gourmande des Farjons, lieu-dit à Uchaux (Vaucluse), j'ai dégusté avec ce repas son Côtes du Rhône Villages Séguret blanc Confidence 2009, domaine du Pourra.
Une teinte dorée signe d'un vin évolué (mais qui a semblé surprendre le serveur, le 2010 semble avoir gardé sa jeunesse), le nez est complexe, fruit blanc, notes de poire fraîche, bouche équilibrée, grasse, pleine, un peu oxydative qui fera merveille sur les ris de veau aux asperges, mais on garde beaucoup de fraîcheur, finale minérale et belle longueur. Audacieusement testé avec le dessert, ananas et caramel, le choc n'a pas été violent, et même s'il n'y pas eu véritablement accord, pas de heurt non plus. J'espère regoûter en juillet à Séguret... Pour en savoir plus sur le domaine du Pourra, cliquez ici.

Partager cet article

Repost 0

Vins Des Côtes-Du-Rhône

  • : Côte-du-Rhône News
  • Côte-du-Rhône News
  • : présentation des vins de Côtes-du-Rhône, agenda et actualité, vignobles et acteurs de la filière vin
  • Contact

Agenda

 

Initiation et dégustation
de vins de la Vallée du Rhône
en partenariat avec les Santolines

  santoline

 

 

 

 

 

 

 

Le vin... et la cuisine !
Sur le blog Saveur Passionsignaturesaveurpassion.gif
Suivez-moi..

facebook.jpg

twitter.jpg

Follow Me on Pinterest

bonial – promos et catalogues – moins de co2

Blogs Vins Mon blog est sur Blogs Vins

Ebuzzing

blog-appetit-120.gif

vigne.jpg

 

 

Recherche

Tout Sur Les Vins Des Côtes-Du-Rhône